Les smartphones attirent la convoitise des voleurs à la tire

MobilitéSmartphones

Selon la Préfecture de police de Paris, pratiquement la moitié des objets volés dans les transports en commun parisiens sont des terminaux mobiles. 7 mobiles dérobés sur 10 sont des smartphones.

Les terminaux mobiles, et en particulier les smartphones, représentent une cible de choix pour les voleurs à la tire, selon le dernier rapport établi par la Préfecture de police de Paris.

Elle estime ainsi que les vols de mobiles sont en pleine explosion : ainsi, selon une étude des plaintes déposées en octobre dernier,  sur les 2 723 vols rapportés par des victimes dans les transports publics parisiens, 1 264 concernent des mobiles, soit quasiment 1 vol sur 2.

Les smartphones attirent la convoitise : 68% des terminaux dérobés étaient des smartphones, en majorité des iPhone, mais aussi des BlackBerry.

Et 75% des vols violents recensés visent les terminaux portables sur les 991 vols avec violence comptabilisés en octobre par la Préfecture de police de Paris.

“Le voyageur est en général repéré alors qu’il utilise son téléphone sur le quai ou dans une rame. Le voleur n’a plus qu’à l’arracher au moment propice et à partir en courant. […] les menaces et coups de poings sont fréquents en cas de résistance”, souligne Alain Gardère, le directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne.

Mais ces vols de mobiles et de smartphones servent aussi à alimenter un marché parallèle relativement juteux. “A la revente, ces portables, qui sont de véritables petits ordinateurs, peuvent se revendre jusqu’à 300 euros”, a expliqué un enquêteur à L’express.fr.

Toutefois, le gouvernement pourrait bientôt se pencher sur ce problème. La loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Loppsi II), qui est examinée par les députés depuis cette semaine, prévoit d’obliger les fabricants de mobiles à intégrer un mécanisme de blocage définitif des terminaux volés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur