Smartphones : HTC lance la succession du One Mini

MobilitéOS mobiles
htc-one-mini-2

La deuxième génération du smartphone HTC One Mini est dans les starting-blocks, avec quelques évolutions en matière de stockage, de connectivité et de multimédia.

Moins d’un an après son lancement commercial pour un prix conseillé de 449 euros TTC, le HTC One Mini va passer le témoin. Son successeur est annoncé pour le mois de juin en Europe, Moyen-Orient et Asie… à un tarif non communiqué.

D’une génération à l’autre, seuls certains aspects de la fiche technique évoluent. Le positionnement “en entrée du haut de gamme” est reconduit, avec une offre d’ensemble toujours orientée sur l’image et le son. Revue de fond en comble dans sa version 6.0, la surcouche Sense appliquée à Android 4.4.2 “KitKat” reste agrémentée de la fonction BlinkFeed. Celle-ci affiche, sur l’écran d’accueil, des vignettes dynamiques agrégeant les flux d’informations depuis les réseaux sociaux et plus de 1000 sources d’actualités.

Au niveau du design, on retrouve le châssis “finition métal” du porte-drapeau One M8, toujours en coloris gris, argenté et doré… mais composé essentiellement de plastique (90%, contre 50% sur le M8). Ce qui suffit néanmoins à alourdir le produit : 137 grammes et 10,6 millimètres d’épaisseur pour le One Mini 2, contre 122 g et 9,3 mm pour son prédécesseur. Ce différentiel s’explique aussi par la présence d’un écran plus grand : 4,5 pouces, contre 4,3 pouces pour le One Mini, premier du nom. Mais la définition d’affichage n’évolue pas : 1280 x 720 pixels.

HTC fait davantage d’efforts sur le stockage : la mémoire interne plafonne toujours à 16 Go, mais il existe désormais une possibilité d’extension jusqu’à 128 Go via une carte microSD. En revanche, c’en est fini des 25 Go de stockage en ligne offerts pendant 2 ans sur Dropbox. L’autre avancée majeure, c’est l’intégration d’un modem 4G, alors que le One Mini lancé en août 2013 se limitait à la 3G HSDPA (42 Mbit/s). Pour le reste, la connectivité sans fil n’évolue pas : Wi-Fi 802.11n bibande, Bluetooth 4.0… et pas de NFC.

Au même titre que la batterie (qui passe de 1800 à 2100 mAh), le processeur gagne en puissance : on reste sur un SoC Snapdragon 400, mais avec quatre cœurs Krait à 1,2 GHz au lieu de deux à 1,4 GHz. S’il n’y a pas de changement du côté de la mémoire vive (1 Go), la tendance du “selfie” (autoportrait) convainc HTC de réviser la caméra frontale, poussée de 1,6 à 5 mégapixels, avec des outils de retouche parmi lesquels l’anti-yeux-rouges.

En façade, on trouve toujours un appareil photo de 13 mégapixels (f/2.2) associé au système de haut-parleurs stéréo. HTC ne précise pas s’il s’agit du même capteur que sur le One Mini. En l’occurrence, 4,3 millions d’ultrapixels capables de disposer les trois pixels de couleur sur autant de couches ensuite recombinées “intelligemment” pour former une image de près de 13 millions de points.

htc-one-mini-2-smartphone
Le One Mini 2 exploite une carte nano-SIM, alors que le premier One Mini s’appuie sur une micro-SIM.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les opérateurs mobiles low cost ?

Crédit photos : HTC


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur