Smartphones : LG joue la continuité du G2 au G3

MobilitéOS mobiles
lg-g3-smartphone

LG a officialisé son nouveau smartphone haut de gamme : le G3, qui succède au G2 avec des caractéristiques techniques revues à la hausse.

Pas moins de six événements organisés ce 27 mai à Londres, New York, San Francisco, Séoul, Singapour et Istanbul : LG a mis les petits plats dans les grands pour officialiser son nouveau smartphone-phare : le G3.

Dévoilé sous (presque) toutes ses coutures depuis un premier teasing fin avril, ce terminal haut de gamme entre dans la catégorie des tabphones avec son écran IPS de 5,5 pouces (14,7 cm) qui occupe presque toute la façade, en l’occurrence 74,6% de la surface disponible. La principale évolution par rapport au modèle G2 lancé à l’été 2013 n’est pas tant la taille de cet écran (0,3 pouce de gagné d’une génération à l’autre), mais sa résolution : 538 ppp en Quad HD (2560 x 1440 pixels) pour le G3, contre 424 ppp en Full HD (1920 x 1080) pour le G2.

Le reste de la configuration est à l’avenant. Au niveau du processeur, on reste sur du Qualcomm 28 nm. Mais d’un SoC Snapdragon 800 sur le G2 (4 cœurs Krait 400 à 2,2 GHz ; solution graphique Adreno 330), on passe à un Snapdragon 801 sur le G3 : les 4 cœurs atteignent 2,5 GHz et intègrent de nouvelles fonctions d’économies d’énergie.

Au niveau multimédia, on retrouve le même système sonore stéréo de puissance 1W… et les mêmes capteurs photos (13 mégapixels au dos ; 2,1 mégapixel en façade), avec néanmoins une optique améliorée. L’appareil principal dispose toujours d’un stabilisateur et s’appuie désormais sur une technologie de mise au point par laser. Le capteur secondaire bénéficie d’une ouverture élargie (valeur non précisée) pour faciliter la prise de vue en basse lumière. LG n’oublie pas la tendance des “selfies” (autoportraits). Une commande gestuelle y est dédiée : serrer le poing déclenche un retardateur qui prend la photo au bout de 3 secondes.

Deux versions

Lancé ce 28 mai en Corée du Sud, le G3 arrivera en France au mois de juillet, pour un prix non communiqué. A terme, 170 opérateurs le distribueront dans le monde, en deux version : l’une équipée de 2 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage ; l’autre embarquant 3 Go de RAM et 32 Go d’espace de stockage. Dans les deux cas, une fente microSD permettra d’étendre cette capacité d’un maximum de 128 Go.

Avec les offres subventionnées, ce smartphone constituera un produit d’appel idéal pour les forfaits très haut débit. En plus de la connectivité 4G (LTE catégorie 4 à 150 Mbit/s), il dispose du Wi-Fi 802.11ac (1 Gbit/s théorique), du Bluetooth 4.0 et du NFC. Comme sur le G2, le standard Slimport est préféré au MHL pour la sortie vidéo via le port USB 2.0.

D’une génération à l’autre, le téléphone s’alourdit légèrement (de 143 à 149 grammes), mais il reste tout aussi fin : 8,9 millimètres en son point le plus épais. LG a opté pour un design arrondi avec de faciliter la prise en main de cet appareil de 5,5 pouces. C’est dans cette même logique que les boutons d’allumage et de contrôle du volume sont situés, comme avec le G2, sur le dos du mobile et non sur la tranche. LG n’augmente pas la capacité de la batterie (3000 mAh), mais celle-ci est désormais amovible et présenté “une meilleure autonomie” grâce à l’utilisation du graphite à la place du métal pour la fabrication de la cathode (pôle positif).

Simplification

A noter également de nombreux changements au niveau de l’interface utilisateur. Toujours sous Android (4.4.2 “KitKat”), les couleurs pétillantes du G2 laissent place à des tons plus sobres. Quant au clavier virtuel, il devient “adaptatif”, capable d’anticiper la saisie en étudiant les habitudes de l’utilisateur. Il est par ailleurs possible d’en ajuster la hauteur pour améliorer le confort de frappe.

LG introduit aussi un assistant personnel. Baptisé Smart Notice, il fournit, à l’image de Google Now, des recommandations basées sur les habitudes de l’utilisateur et des éléments tirés du téléphone comme la localisation. Un point particulier : ses annonces vocales sont réalisées en langage naturel, par exemple pour rappeler à l’utilisateur qu’il n’a pas utilisé certaines applications ou fonctionnalités depuis longtemps. Certaines fonctions du G2 sont conservées : double tapotement sur l’écran pour activer ou éteindre le téléphone ; prise d’un appel simplement en approchant l’appareil de l’oreille, passage d’une application à une autre par simple glissement latéral du doigt sur l’écran…

L’accent est mis sur la sécurité avec Knock Code, système de déverrouillage basé sur la reproduction d’un motif par tapotements sur l’écran noir (pas de schéma affiché). L’outil Content Lock du G2 est reconduit, avec comme principal objectif d’empêcher la visualisation de fichiers lorsque le G3 est connecté à un PC… et de limiter l’accès aux contenus lorsque le téléphone est prêté (mode invité). Enfin, le “kill switch” fait son entrée : il permet de désactiver le terminal à distance et d’effacer les données en cas de perte ou de vol. En revanche, pas de lecteur d’empreintes digitales : LG estime que le dispositif n’est pas encore assez sécurisé.

smartphone-lg-g3
Écran Quad HD, batterie amovible, processeur Snapdragon 801 : l’évolution est marquée entre G2 et G3.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous au point sur le Consumer Electronics Show ?

Crédit photos : LG


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur