Smartphones et robotique : Sharp tente l’alliance avec RoBoHon

Poste de travail
1 2

Avec le RoBoHon, annoncé à plus de 1 600 euros, Sharp intègre un smartphone dans un robot humanoïde. Un pari d’avenir pour le groupe japonais.

La phase commerciale approche pour RoBoHon.

Sharp a fixé au 26 mai le lancement de ce « smartphone-robot » d’une vingtaine de centimètres de hauteur pour près de 400 grammes.

Le ticket d’entrée – hors taxes – est annoncé à 198 000 yens, soit plus de 1 600 euros, sans compter les abonnements à souscrire pour exploiter pleinement les capacités de ce produit fonctionnant sous Android 5.0. Notamment la reconnaissance et la synthèse vocale, interface privilégiée au regard de la taille limitée de l’écran (2 pouces, en 320 x 240 pixels).

Doté d’un appareil photo et d’un projecteur 720p situés sous sa tête, RoBoHon présente les caractéristiques d’un smartphone de milieu de gamme, avec une puce Snapdragon 400, 2 Go de RAM et une batterie de 1 700 mAh.

Sharp n’évoque pas, en l’état actuel, une commercialisation au-delà des frontières du Japon. Les fréquences 4G prises en charge sont d’ailleurs adaptées au marché (800 MHz, 1,7 GHz et 2 GHz).

Le groupe japonais d’électronique en est plutôt à la page des partenariats, avec en tête de liste le premier opérateur du pays : NTT DoCoMo, qui va proposer des offres voix et data dédiées. Des applications sont développées en parallèle, dans la réservation de taxis ou encore la découverte de restaurants, cafés et bars.

La synthèse vocale et la reconnaissance faciale sont sous-traitées à deux partenaires nippons ; respectivement Hoya et Omron.

Pour la reconnaissance vocale, pas moins de trois solutions sont exploitées, dont l’une fonctionnant hors ligne avec le moteur AmiVoice d’Advanced Media. Pour utiliser celle de Nuance dans le cloud, il faudra s’acquitter d’un abonnement, à partir de 6 dollars par mois.

Sharp a d’autres options au catalogue pour arrondir ses marges. Notamment des packs de maintenance… et donc les abonnements téléphoniques sus-évoqués.

Du côté des analystes, on reste dubitatif sur l’adhésion du grand public à ce produit « trop grand pour tenir dans une poche ».

Pour Sharp, c’est un pari d’avenir. En pleine restructuration sur fond de difficultés dans son secteur de prédilection* (les écrans, LCD puis OLED à moyen terme), le groupe ne détient que 10 % du marché japonais des smartphones, selon Euromonitor. Quant au marché des robots domestiques, il présente un fort potentiel de croissance, entre autres avec le vieillissement de la population.

* L’actionnariat de Sharp a été bouleversé fin mars : le Taïwanais Foxconn a pris 66 % du capital pour l’équivalent d’un peu plus de 3,5 milliards de dollars, après avoir différé l’opération en raison d’irrégularités financières (voir notre article « Foxconn prend le contrôle de Sharp à prix réduit »).

sharp-robohon

Crédit photo : Sharp Corporation


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur