Snap acquiert Zenly: la French touch de la géolocalisation communautaire

EntrepriseLevées de fondsStart-up
zenly-rachat-snap

Zenly a monté une app mobile jouant le rôle de réseau social de proximité. La start-up française vient d’être acquise par l’éditeur de Snapchat.

Snap Inc. a acquis Zenly, une start-up française qui a développé une app communautaire basée sur la géolocalisation.

Le montant de l’acquisition n’a pas été dévoilé. Mais les médias IT américains comme TechCrunch évoquent un montant situé dans une fourchette de 250 à 300 millions de dollars en cash et en actions. Le rachat aurait été bouclé fin mai.

C’est une belle opération de Zenly, qui avait déjà effectué deux belles levées de fonds avant son rapprochement avec Snap.

En mai 2016, elle capte 10 millions d’euros auprès d’un bouquet de fonds comme Idinvest Partners, de Kima Ventures (le fonds de Xavier Niel), et de business angels comme Solomon Hykes (CEO de Docker), Edward Bouygues (Directeur marketing services – contenus – design des produits chez Bouygues Telecom), Maxime Prades (ex-directeur produits de Zendesk passé chez Algolia) et des investisseurs privés américains.

Quatre mois plus tard, on mise encore plus gros : 20 millions d’euros récoltés auprès des fonds américain Benchmark Capital et Insight Venture Partners. Tandis que les investisseurs historiques suivent le mouvement.

Basée à Paris, Zenly avait été fondée en 2011 par Alexis Bonillo et Antoine Martin. Les deux étudiants en commerce avait déjà lancé une technologie de géolocalisation sur un autre concept (Alert.us) pour signaler aux parents la localisation de leurs enfants.

Finalement, ils changent de modèle pour explorer un concept de réseau social mobile basé en pariant sur la fonction centrale de géolocalisation. D’autres start-up américaines comme Foursquare avaient avancé dans une direction analogue.

Invité à un forum de la Mobile Marketing Association organisé fin 2016 (auquel ITespresso.fr avait assisté), Alexis Bonillo évoquait à l’époque un volume de 2,5 millions de téléchargements de l’application mobile.

« Notre cible [jeunes mobinautes comme Snapchat, ndlr] consomme peu de temps sur l’ordinateur.On doit s’adapter au code des jeunes et être à la pointe de l’expérience utilisateur », commentait le co-fondateur.

Du côté de Snap, cette acquisition lui permet d’acquérir une équipe d’experts en géolocalisation associée à une dimension communautaire.

Dans une variation sur le même thème, la firme numérique californienne d’Evan Spiegel a également récemment acquis la start-up Placed, qui mesure l’influence de la pub online sur les comportements offline. Toujours sur la base d’une plateforme de géolocalisation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur