Snap : la « camera company » ne veut pas que son IPO soit éphémère

BourseEntrepriseLevées de fondsStart-up
snapchat-IPO-document

Snap Inc vient de dévoiler son document d’introduction en Bourse sur le NYSE prévue en mars. L’app communautaire pourrait lever jusqu’à 3 milliards de dollars.

Wall Street devient fébrile : Snap Inc entre en Bourse. La société éditrice de l’app Snapchat vient de publier son projet d’introduction en Bourse sur le New York Stock Exchange.

La société californienne, qui exploite une app de messagerie instantanée pour les jeunes mobinautes, se présente comme une « camera company » compte tenu de l’exploitation  (même éphémère) des photos et des vidéos de ses membres.

Elle pourrait lever jusqu’à 3 milliards de dollars lors de cette méga-opération escomptée en mars. Sa valorisation pourrait se situer dans la tranche 20-25 milliards de dollars.

Mais les résultats financiers révélés dans le document IPO sont contrastés : si Snap affiche un chiffre d’affaires de 404 millions de dollars en 2016 (X7 en un an), elle présente aussi une perte nette non négligeable : 514,6 millions de dollars (contre 372,9 millions de dollars en 2015).

La majeure partie de ses revenus proviennent de la publicité mais la société Internet vient de se lancer dans la commercialisation de son premier produit hardware : des paires de lunettes connectées censées disposer de fonction de réalité augmentée (Spectacles).

Snapchat revendique 158 millions d’utilisateurs actifs en 2016. La base grossit vite : +48% en un an. Mais, dans les apps communautaires, on est encore loin des scores de la galaxie Facebook et notamment du concept qui s’y rapproche le plus : Instagram (600 millions d’utilisateurs).

Alors que Snapchat avait été créatif avec le format Story, Instagram semble en mesure de davantage capitaliser sur cette fonction de mini-tranches de vie animées en la copiant.

Vers une méga-IPO ?

Evan Spiegel et Bobby Murphy, les deux co-fondateurs de Snapchat (qui occupent respectivement les fonctions de CEO et CTO), disposent de parts valant plus de 5 milliards de dollars chacun. Ils détiendront toujours les commandes de la société après l’IPO.

L’effectif de Snap gonfle aussi à vue d’œil : 1859 collaborateurs à fin 2016 (X3 comparé à 2015).

Dans une contribution blog en date du 10 janvier, la société a d’ailleurs rectifié une information erronée diffusée dans les médias (et il faut le reconnaître y compris sur ITespresso.fr) : « Il est faux de dire que que nous avons choisi la ville de Londres pour établir notre siège international (…) Notre siège se trouve à Venice, en Californie, et nous avons des bureaux partout dans le monde. »

Tout en poursuivant : « Toutefois, nous avons bel et bien modifié la façon dont notre entreprise fonctionne à Londres. À compter d’aujourd’hui, nos recettes publicitaires du Royaume-Uni (et de quelques autres pays) seront facturées par le biais d’une entité britannique. Nous paierons ainsi des impôts au Royaume-Uni, ce qui nous paraît normal pour un partenaire local qui développe son activité. »

L’IPO de Snapchat est attendue par les investisseurs. L’introduction en Bourse est comparée à la ferveur observée avec celle de Facebook en 2012 ou d’Alibaba en 2014 même s’il faut nuancer les niveaux de valorisation (104 milliards de dollars pour le réseau social et 163 milliards de dollars pour le groupe e-commerce chinois).  


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur