Snapchat : l’IPO avant l’Apple Watch ?

Apps mobilesBourseEntrepriseMobilitéSmartphonesStart-up
snapchat-ipo

Circonspect sur la question des montres connectées, Evan Spiegel, CEO de Snapchat, est en revanche persuadé de l’opportunité d’une introduction en Bourse.

Après bientôt trois ans d’activité, Snapchat a des envies d’IPO.

Le CEO Evan Spiegel n’a pas encore défini d’échéance. Mais il considère que cette introduction en Bourse est un « passage obligé » pour soutenir la croissance de l’entreprise… et de son application mobile permettant d’envoyer des messages « éphémères » qui disparaissent quelques secondes après leur ouverture.

Valorisé à près de 20 milliards de dollars depuis son dernier tour de table (200 millions de dollars levés au mois de mars auprès du groupe chinois Alibaba), Snapchat commence à monétiser ses services grâce à la publicité.

Une brique a été ajoutée en début d’année avec des vidéos d’environ 10 secondes qui ont la particularité de s’adapter automatiquement à l’orientation de l’écran. Ce qui produit un taux d’engagement « neuf fois supérieur », d’après les données communiquées ce mardi par Evan Spiegel dans le cadre de la Code Conference organisée en Californie.

Le jeune entrepreneur de 24 ans avance prudemment sur le volet publicitaire. Ainsi se refuse-t-il pour l’heure, selon Bloomberg, à cibler les utilisateurs. Il considère par ailleurs que placer des publicités dans la partie messagerie privée serait « trop intrusif ».

D’autres leviers de croissance sont exploités en parallèle. Illustration avec cette fonction Découvrir, séparée de la messagerie et qui permet de consulter, toutes les 24 heures, une nouvelle sélection de contenu produit par des médias partenaires comme CNN et National Geographic. Quelques publicités (pré-rolls, interstitiels) sont insérées dans les flux.

Comme le souligne TechCrunch, Evan Spiegel se montre mois enthousiaste sur la question des montres connectées. Interrogé quant à l’éventuel développement d’une application pour Apple Watch, il déclare : « Pourquoi regarderait-on une petite image [sur sa montre] quand on peut la voir en grand sur son téléphone ? ».

Snapchat scrute plutôt la sphère du live streaming, en observant l’évolution – et la réception par le public – de produits comme Periscope (Twitter) et Meerkat. Un domaine stratégique au vu de l’audience du service, composée pour l’essentiel de jeunes utilisateurs (les « millenials ») amateurs de nouvelles technologies.

Cette audience qualifiée ouvre d’autant plus de perspectives qu’elle est plutôt active : sur « 100 millions d’utilisateurs actifs […] dans les pays développés », 65 % créent du contenu chaque jour. En sachant que le marché américain reste une locomotive pour Snapchat : 60 % des mobinautes de 13 à 34 ans utiliseraient le service, à en croire Evan Spiegel.

La pépite californienne compte aujourd’hui 330 employés. On rappellera qu’elle avait refusé, en 2013, une offre de rachat à 3 milliards de dollars émanant de Facebook, à l’époque où son application n’était pas encore monétisée.

Crédit photo : 360b – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur