La SNCF intègre le covoiturage dans son assistant personnel de mobilité

Mobilité
sncf-assistant-personnel

La SNCF s’est associée à la RATP, à Transdev et à BlaBlaCar pour développer un assistant personnel de mobilité qui combinera les modes de transport.

L’expérience des voyageurs SNCF passera bientôt par un assistant personnel de mobilité.

Président du directoire de la compagnie ferroviaire, Guillaume Pépy a évoqué aux Échos ce projet qui devrait aboutir à « des résultats vraiment intéressants » d’ici un an.

C’est l’un des grands axes de la feuille de route numérique du groupe à l’horizon 2025, aux côtés du développement européen de Voyages-SNCF.com* – qui deviendra Oui.sncf le 7 décembre.

L’assistant fonctionnera sur la base d’un entrepôt de données commun avec la RATP, Transdev et BlaBlaCar.

Il combinera, en réponse aux demandes de déplacement, toutes les offres disponibles sur le marché pour concevoir le meilleur itinéraire, gérer la réservation, apporter des informations en temps réel sur l’état du trafic et rendre les titres de transport accessibles sur smartphone.

« Nous ne voulons pas nous comporter comme une citadelle assiégée, mais au contraire montrer que nous avons suffisamment d’atouts pour nous ouvrir, y compris vis-à-vis des nouvelles mobilités que nous pouvions percevoir comme concurrentes », explique Guillaume Pépy.

La SNCF est productrice d’une partie de ces services, par exemple au travers de sa filiale OuiCar pour la location de voitures entre particuliers. Pour d’autres, des partenariats sont montées avec des sociétés qui « [ont] le même adversaire : l’usage individuel de la voiture ».

« Planification convergente »

« C’est un projet dans lequel tout le monde gagne, qui va fiabiliser le transport collectif, le rendre plus simple, et où nous pouvons être moteur, sans pour autant être hégémoniques », résume le dirigeant.

L’application SNCF, qui compte 25 millions de visiteurs uniques par mois, donne un premier aperçu de la démarche, avec l’ajout progressif des horaires temps réel en provenance de la RATP et l’intégration de la mobilité régionale et locale, sous l’angle de la « planification convergente ».

Sur le volet billettique, la composante NFC est explorée dans le cadre du projet Wizway, avec Orange, Gemalto et la RATP.

Au cœur du dispositif, on trouve la « digital factory » VSC Technologies, qui a notamment monté une équipe de huit personnes dédiée à l’amélioration de l’expérience client par l’intelligence artificielle.

Au sein du groupe, les ressources digitales, informatiques et télécoms ont été regroupées en une équipe de 4 000 personnes placée sous la responsabilité de Benoît Thiers, directeur général « Digital & Systèmes d’information ».

Les résultats 2016 font état d’un chiffre d’affaires en hausse annuelle de 2,8 %, à 32,27 milliards d’euros, réalisé pour moitié par la branche SNCF Voyageurs. La marge d’exploitation s’établit à 4,14 % (- 0,28 point), pour un résultat net part du groupe de 570 000 euros (contre une perte de 12,22 millions en 2015).

* Loco2, dont la SNCF a annoncé l’acquisition cet été, constituera le fer de lance pour créer une plate-forme de distribution à l’échelle européenne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur