Softcard : un point d’appui pour Google face à Apple Pay ?

Régulations
softcard-google

Les opérateurs télécoms américains AT&T, Verizon et T-Mobile se sont mis en quête d’un repreneur pour leur solution de paiement sans contact Softcard. Google serait sur les rangs.

Google serait sur les rangs pour acquérir, auprès des opérateurs télécoms américains AT&T, T-Mobile et Verizon Wireless, la solution de paiement sans contact Softcard.

Plusieurs sources dites “proches du dossier” ont confirmé au Wall Street Journal les discussions amorcées en ce sens, autour d’un rachat dans la fourchette de 50 à 100 millions de dollars.

PayPal, la filiale – bientôt émancipée – du groupe eBay, figurerait également sur la liste des candidats. Google a toutefois la faveur des pronostics : le groupe Internet est déjà associé à AT&T, T-Mobile et Verizon dans le cadre d’autres offres. Il partage notamment les revenus générés par les recherches en ligne et les installations d’applications effectuées sur chaque smartphone Android vendu par les opérateurs.

Les origines de Softcard remontent à 2010. Basée sur la technologie sans contact NFC (“Near-Field Communication”), l’offre avait été élaborée sur fond de crise avec les fournisseurs de services (dont Google avec son portefeuille électronique Wallet), accusés de profiter des réseaux mobiles pour déployer leurs solutions, sans contrepartie.

En guise de rébellion, AT&T et consorts avaient adopté plusieurs mesures, parmi lesquelles le blocage pur et simple de certaines applications sur les téléphones des consommateurs finaux. A l’époque, ils avaient refusé de s’allier avec Google, ne parvenant pas à s’accorder sur le principe d’exploitation du service Wallet (la multinationale entendait s’appuyer sur les achats dans le commerce physique pour améliorer le ciblage publicitaire).

Initialement baptisé ISIS, du nom du consortium qui soutenait le projet, Softcard n’avait réellement émergé qu’en 2013. Plusieurs centaines de millions de dollars y auraient été injectées… pour un succès en deçà des espérances : plus de 60 employés auraient été remerciés la semaine passée et les autres auraient cessé toute activité en attendant qu’un repreneur se manifeste.

Les rumeurs autour de cette alliance stratégique interviennent à l’heure où Apple réalise un démarrage convaincant avec son système Apple Pay, qui transforme l’iPhone 6 ou 6 Plus en carte de paiement. L’utilisateur approche simplement son smartphone du terminal de paiement pour effectuer la transaction sans contact. Celle-ci est validée après identification via l’application Touch ID (reconnaissance d’empreintes digitales).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous le paiement en ligne ?

Crédit photo : Aleksandra Gigowska – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur