Solaris et AIX présentent des failles

Cloud

Selon les chercheurs d’ISS et du CERT, Solaris 8, ainsi que certaines versions d’AIX d’IBM, présenteraient des failles de sécurité permettant à un hacker de prendre le contrôle d’un serveur basé sur les protocoles de prise de commande à distance comme Telnet ou Rlogin.

La dernière version du système d’exploitation de Sun, Solaris 8, ainsi que les versions 4.3 et 5.1 du logiciel AIX d’IBM, comporteraient une faille de sécurité. L’information publiée par le CERT (Computer Emergency Response Team) a été découverte par des chercheurs de Internet Security Systems (ISS). Ces derniers ont en fait découvert ces failles grâce à des forums de discussion sur Internet. Selon toute vraisemblance, les hackers avaient déjà commencé à développer des outils pour exploiter cette brèche, a déclaré à Reuters Dan Ingevaldson, chef de laboratoire chez ISS.

Les systèmes d’exploitation Solaris de Sun et AIX d’IBM seraient vulnérables à une attaque de type “buffer overflow”. Le principe est assez simple et pas très nouveau. L’idée est d’exploiter une faiblesse dans la programmation d’un logiciel afin de le faire “planter” et d’en profiter pour exécuter un programme pirate à son insu. En fait, le hacker va chercher à écrire plus de données que la zone mémoire temporaire utilisée par une application ne peut en supporter, dans le but d’écraser des parties du code de l’application. L’intrus va ainsi pouvoir accéder à des zones mémoires sur lesquelles il peut modifier des paramètres. Ensuite, libre à lui de s’enregistrer comme utilisateur ayant l’autorisation d’accéder aux systèmes.

Les failles ne concerneraient en définitive que les serveurs exploitant certains protocoles de prise de commande à distance comme Telnet ou Rlogin. Un patch est d’ores et déjà disponible aussi bien sur le site de Sun que sur celui d’IBM.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur