Sony donne un coup de fouet à ses portables Vaio

Mobilité
Sony Vaio E et Z ordinateurs portables

Indifférent vis-à-vis de la déferlante ultrabook, Sony renouvelle prudemment sa gamme Vaio avec les séries E et S, des portables lambda dont les quelques éléments différenciateurs… sont proposés en option.

La continuité prime dans la course au progrès. Au ravalement de façade, Sony préfère la chirurgie des tissus mous pour renouveler sa gamme de portables Vaio.

Fortement inspirées de celles qui les ont précédées, les séries E et S matérialisent ce soin à l’ouvrage, à ceci près qu’elles l’intériorisent, à des années-lumière d’une furia ultrabook qui impose l’impression visuelle de châssis d’aluminium ultra-fins.

Décliné en deux versions de 13,3 et 15,5 pouces, le Vaio S arbore certes ce revêtement métallique fait de magnésium, voire de fibre de carbone sur certains modèles, mais Sony reléguerait volontiers cet argument en dernière ligne au profit d’un avènement : celui de l’Ivy Bridge.

A l’honneur, les processeurs Intel Core de troisième génération s’allient systématiquement à 4 Go de RAM livrés en standard.  En entrée de gamme, un i5-3120M double coeur à 2,5 GHz et au maximum, un i7 quad-core à 2,1 GHz (3,1 GHZ en Turbo).

De base, le stockage est dédié à un disque dur S-ATA de 500 Go à 5400 rpm. Comme à l’accoutumée, l’option SSD est disponible, mais rehausse d’autant l’échelle tarifaire de produits dont la commercialisation débutera en juin, à partir de 850 euros pour le 13,3 pouces, ses 1,7 kg et sa résolution 1366 x 768.

Pour un affichage en Full HD et le bénéfice d’un lecteur Blu-Ray, il conviendra de se tourner vers le modèle supérieur : 15,5 pouces pour 2 kilogrammes sur la balance et la même épaisseur que son pendant : 2,4 cm.

Les deux terminaux gardent en commun leur connectivité Bluetooth 4.0 et Wi-Fi 802.11n, ainsi que deux ports USB 3.0, une interface HDMI, un pavé tactile multipoint, un lecteur de disques optiques sans tiroir, une dalle LCD antireflets et la reconnaissance faciale par webcam HD.

Les éléments susceptibles d’apporter une plus-value à l’ensemble face à l’offre concurrente ne sont néanmoins proposés qu’en option.

En premier lieu, cette batterie ultra-plate qui porte l’autonomie à 14 heures, cette carte graphique Nvidia GeForce 640M en complément à l’Intel HD Graphics 4000, mais aussi une station d’accueil dédiée, munie d’un disque dur de 500 Go.

Constat analogue pour le Vaio E, bâtard informatique héritier de nombreuses machines amenées à tirer leur révérence pour l’occasion. De 15,5 à 17,3 pouces (respectivement 2,7 et 3,2 kg), les prix varient de 500 à 550 euros, pour une disponibilité dans les semaines à venir.

Quand bien même Sony prône une expérience multimédia sans précédent, l’évolution vers le Blu-Ray et la Full HD n’est pas encore systématique, alors même que des GPU AMD Radeon HD 7650M à 1 et 2 Go de mémoire vidéo s’associent à des Core i5-2450m (2 coeurs ; 2,5 GHz) et i7-3612qm (4 coeurs ; 2,1 GHz).

Sony Vaio E et Z ordinateurs portables


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur