Sony et Philips en passe de réinventer Bluetooh ?

Mobilité

Echanger des données sans fil jusqu’à 20 cm de distance, telle est la caractéristique principale du standard Near Field Communication, conjointement développé par Sony et Philips. Un concurrent pour Bluetooth ?

Coïncidence malencontreuse ? Alors que le cabinet d’études Gartner souligne les inconvénients de la norme de communication sans fil Bluetooth qui, il est vrai, a bien du mal à décoller (voir édition du 4 septembre 2002), Sony et Philips annoncent travailler au développement d’une technologie curieusement similaire. Baptisée Near Field Communication (NFC), elle doit permettre la communication sans fil entre divers composants électroniques. Ainsi que l’expliquent les deux sociétés, le but est de “construire une infrastructure ouverte avec de très nombreux appareils compatibles NFC qui intégreront notamment des fonctions de lecture de cartes à puce dans le but d’offrir des moyens de paiements aisés. Pour réaliser les transactions, il suffira tout simplement de maintenir appareils et cartes à puce proches les uns des autres.” Un téléphone ou un PC de poche, par exemple, pourrait servir de clé universelle pour accéder à un service.

Techniquement parlant, la norme NFC utilise la fréquence radio des 13,56 MHz et sera capable de transmettre des données à un débit maximum de 212 Kbits/s sur une distance maximale de 20 cm. A première vue, de bien maigres performances face à ce que propose la technologie Bluetooth depuis déjà plusieurs années. A savoir un débit maximum de 1 Mbit/s sur une distance pouvant atteindre 100 mètres selon la puissance choisie. Restent deux inconnues, essentielles pour bâtir une vraie comparaison : la consommation électrique et le prix de fabrication des puces. Deux facteurs qui ne sont pas les points forts de Bluetooth, et qui sont bien connus tant de Sony que de Philips, les deux sociétés faisant partie du groupe de développement de Bluetooth…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur