Sony et Toshiba au secours de la RDRam

Mobilité

La RDRam, technologie de mémoire vive développée par Rambus, intéresse Sony et Toshiba. Le premier l’intégrera dans la prochaine PlayStation tandis que le second la destine à des appareils électroniques équipés de mémoire vive. Ils exploiteront deux nouvelles interfaces baptisées “Yellowstone” et “Redwood” aux performances prometteuses, selon son concepteur. Une nouvelle chance pour Rambus qui, avec l’abandon progressif de la RDRam par Intel, a tendance à disparaître des PC.

A l’heure où Intel semble définitivement faire une croix sur la mémoire RDRam (voir édition du 4 septembre 2002), Rambus trouve de nouveaux clients du côté des marchés du loisir. La société vient en effet de signer des accords avec Sony Corporation (Sony), Sony Computer Entertainment et Toshiba. Ces constructeurs exploiteront deux nouvelles technologies de Rambus : “Yellowstone”, introduite en octobre 2001 (voir édition du 24 octobre 2001) et “Redwood”.

Selon le concepteur, Yellowstone offrira une mémoire cadencée entre 3,2 et 6,4 Go/s avec un bus cadencé à 400 MHz (contre 3,2 Go/s pour la DDR SDRam à 400 MHz). Moins disert sur sa technologie Redwood, Rambus l’annonce comme une “interface parallèle ultra-rapide entre plusieurs composants qui offre un débit environ dix fois supérieur aux bus frontaux des plus récents processeurs”. Pour mémoire, la nouvelle génération de Pentium 4 offre un bus à 533 MHz. Redwood bénéficiera d’une faible consommation électrique, selon le constructeur.

De la RDRam pour la PlayStation 3

Sony exploitera la mémoire Rambus pour sa PlayStation 3 (attendue en 2006). Le constructeur nippon avance en terrain connu puisque l’actuelle PlayStation 2 utilise déjà ce type de mémoire. Quant à Toshiba, la firme a précisé qu’elle exploiterait la technologie Rambus pour ses produits DRam. Si la RDRam tend a disparaître des PC, elle semble trouver sa voie dans les appareils électroniques dédiés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur