Sony Mobile supprimera 1000 emplois après son départ de Suède

Régulations

Sony Mobile Communications, ex-Sony Ericsson, prépare le transfert de son QG de Lund (Suède) vers Tokyo. Dans la foulée, 1000 suppressions de postes sont prévues d’ici 2014, principalement en Suède.

Sony est dans la tourmente. Après l’annonce début août d’un résultat d’exploitation en net retrait sur son premier trimestre fiscal 2012, le constructeur japonais annonce cette fois-ci le licenciement de 15% des effectifs, soit 1 000 personnes, de sa division de téléphones mobiles, Sony Mobile Communications, un temps en sursis suite au rachat des parts du suédois Ericsson.

Ces suppressions de postes seront actées d’ici mars 2014, et débuteront lors du transfert du siège social de l’entreprise de Suède (Lund) à Tokyo, au Japon, en octobre prochain.

Sony Mobile, ex-Sony Ericsson depuis la reprise par Sony de la part d’Ericsson dans le capital de la co-entreprise  en février dernier, justifie sa décision dans un communiqué : ces licenciement devraient permettre “d’améliorer l’efficacité opérationnelle [de la filiale], réduire ses coûts et connaître une croissance rentable ».

Les suppressions d’emplois devraient toucher les sites de Lund, mais aussi de Pékin, en Chine, et de Tokyo. Environ 650 employés seraient concernés en Suède, principalement des consultants.

Aucune information supplémentaire n’a pour le moment été donnée sur les modalités de départs envisagées : pré-retraires, licenciements désignés, licenciements sur le base du volontariat,etc.

Le constructeur nippon a tout de même précisé que « Lund restera un site stratégique pour Sony Mobile, concentré sur le développement des logiciels et des applications”.

 

 

Crédit image : Copyright iQoncept-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur