Sony rachète Apple, pour la troisième fois !

Cloud

Et de trois ! Sony vient de racheter Apple pour la troisième fois en 4 ans ! C’est du moins ce que le téléphone arabe a voulu faire croire… A force de crier au loup, on risque bien de tomber de l’armoire quand ce rachat aura bien lieu !

On pourrait se croire dans un de ces épisodes des Rues de San Francisco ! Acte I : vendredi 5 janvier au matin (à Wall Street), l’information est lancée à la volée sur les marchés financiers : Sony aurait fait une proposition de rachat d’Apple. Les analystes considèrent qu’une telle alliance ne serait pas contre nature, malgré le positionnement clairement PC de Sony. Dans la foulée de cette annonce, les actions d’Apple commencent à progresser, dépassant la barre des 17 dollars, seuil au-dessous duquel elles avaient débuté la séance. Une telle effervescence est alimentée par les déclarations de Steve Jobs qui n’a jamais caché son admiration pour le modèle de Sony (voir édition du 22 février 1999).

Acte II : les relations de presse de Sony refusent de commenter pareilles rumeurs, lâchant à l’agence Reuters un cinglant : “Du fait de notre politique maison, nous ne commentons pas les spéculations.” A Tokyo, la rumeur commence alors à perdre de sa crédibilité, bien que le titre Sony ait connu tout à coup une hausse de 4,5 % . Il faut dire que depuis 4 ans, la nouvelle est apparue à intervalles réguliers sur le Web et sur les marchés financiers. A chaque fois qu’Apple se trouve confrontée à une difficulté, le rachat de la société par Sony n’est pas loin.

Un responsable de Sony dément la rumeur

Acte III : le responsable de l’exécutif de Sony, Nobuyuki Idei, se gausse de telles rumeurs et ajoute d’un ton sibyllin : “Non (?). Il n’y aucun fait de cette nature. Une rumeur similaire apparaît tous les deux ou trois ans.” Le rachat d’Apple par Sony n’est donc pas pour cette fois. Mais l’épisode permet de tirer des conclusions plus qu’intéressantes : les marchés ont l’espace d’un instant parié sur la réussite d’un tandem Sony-Apple. Les actions des deux compagnies ont même débuté un envol, et si celles d’Apple se sont rapidement épuisées, celles de Sony n’ont pas faibli. Les marchés financiers ont donc montré qu’ils étaient persuadés de la viabilité d’un Sony renforcé des technologies d’Apple ou d’une firme de Cupertino soutenue par la puissance d’un Sony ! La prochaine fois sera peut-être la bonne…

Pour en savoir plus :

Le site de Sony


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur