Sony renonce à l’eVilla deux mois après son lancement

Cloud
Information - news

A peine plus de deux mois après son lancement aux Etats-Unis, Sony décide de retirer de la vente l’eVilla, son terminal d’accès Internet qu’il juge décevant “en termes de stabilité et d’utilisation”. Le japonais dément que son abandon est lié à l’arrêt du développement de BeIA, l’OS choisi pour la machine. Cher pour ses capacités, l’eVilla était un pari risqué. Les acheteurs seront remboursés.

Décidément, les histoires de terminaux d’accès Internet (baptisés Internet appliances en anglais) se finissent en général mal. On se souvient par exemple de l’Audrey, abandonné par 3com en mars dernier, six mois après son lancement (voir édition du 26 mars 2001). L’eVilla de Sony, dévoilé en juin dernier (voir édition du 18 juin 2001), aura lui à peine duré deux mois : le japonais cesse en effet sa commercialisation, fermera les services dès le 13 septembre prochain et remboursera les acheteurs. “Après avoir attentivement considéré le produit, il s’est avéré qu’il ne répondait pas à nos attentes en termes de stabilité et d’utilisation”, justifie John Dolak, un porte-parole de Sony. “La demande du réseau sur le système d’exploitation entraînait des niveaux de perturbations inacceptables”, ajoute-t-il. L’OS en question est BeIA, celui développé par Be pour les Internet appliances. Or, Be est passé entre les mains de Palm (voir télégramme du 16 août 2001) qui a indiqué qu’il ne poursuivrait pas le développement de BeIA. Pourtant, d’après Cnet, John Dolak aurait assuré que la décision de Sony n’avait rien à voir avec le rachat de Be.

La déroute de l’eVilla est due aussi à son prix : 500 dollars (environ 550 euros). Un tarif trop proche de celui des PC d’entrée de gamme, auquel il faut ajouter l’abonnement obligatoire au fournisseur d’accès Earthlink : 22 dollars par mois (environ 24 euros). Les sommes versées seront d’ailleurs aussi remboursées. “Je pense que nous l’avons vendu comme [un terminal] n’entrant pas en compétition avec les PC, mais en fin de compte il entrait de fait sur le marché des PC en tant que concurrent”, explique le porte-parole de Sony interrogé par le Mercury News. “Les prix des PC d’entrée de gamme ont chuté et alors qu’ils baissaient, les consommateurs devaient faire un choix”, ajoute-t-il. En juin dernier, IDC prévoyait que le marché des Internet Appliances (tous types confondus) allait décoller pour passer de 7 milliards de dollars en 2000 à 44 milliards en 2005. En tout cas, ce sera sans l’eVilla.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur