Sony veut stopper l’hémorragie de données confidentielles sur Twitter

Cloud
sony-twitter-piratage

Les comptes Twitter diffusant des informations confidentielles issues du “Sony Hack” ne sont pas du goût du groupe japonais, qui en réclame la fermeture.

Tentant de limiter la propagation des informations confidentielles qui lui ont été dérobées fin novembre lors d’une cyber-attaque revendiquée par le collectif de pirates Guardian of Peace (GOP), Sony met la pression sur Twitter.

Le groupe high-tech japonais avait déjà intimé aux médias américains de détruire toutes les données auxquelles ils avaient pu avoir accès. Le dénommé David Boies, spécialiste des affaires juridiques, s’était saisi du dossier. Le voici qui reprend du service en se tournant désormais vers les réseaux sociaux et plus particulièrement Twitter, dans une lettre datée du 22 décembre 2014.

Craignant des révélations préjudiciables à son activité, Sony exige la clôture immédiate des comptes qui reproduisent ou donnent accès à des documents volés. Dans son courrier, la multinationale précise qu’elle ne tolérera aucune forme de traitement des informations en question : lecture, copie, publication, téléchargement ou même simple détention.

En première ligne, le compte @bikinirobotarmy, qui a réuni près de 20 000 “followers” en multipliant les divulgations. Les dernières en date portent sur les tensions dans l’équipe dirigeante de Sony Pictures, les travaux en cours sur les suites d’Avengers et Captain America ou encore sur les deux millions de dollars versés à l’humoriste et comédien Kevin Hart pour tweeter à propos du film The Equalizer, adaptée de la série du même nom.

Ce n’est là qu’une toute petite partie des données exposées par la cyber-attaque désormais appelée “Hack Sony”. Des e-mails par milliers ont été exfiltrés au même titre que les scripts de films inédits (comme la version préliminaire du scénario du nouveau James Bond), des indicateurs financiers et des données confidentielles associées à 47 000 employés.

Invoquant de nombreuses lois de l’Etat de Californie, où se situe le siège social de Twitter, Sony assure que le réseau social “sera tenu responsable” des dégâts occasionnés par la reproduction de documents volés. Et d’ajouter que la pratique même est contraire aux conditions d’utilisation de Twitter, lesquelles interdisent la publication d’éléments soumis au droit d’auteur et d’informations privées sans consentement de ceux qu’elles concernent.

Parallèlement, le FBI mène l’enquête sur cet épisode qui pourrait coûter jusqu’à un demi-milliard de dollars à Sony.

Dick Costolo poussé vers la sortie ?
Actuel CEO de Twitter, Dick Costolo pourrait quitter la société l’année prochaine. Cette rumeur, qui circule sur les places de marché, est relayée et approuvée par les analystes. Il est reproché au dirigeant de manquer d’une vision à long terme et de ne pas avoir su répondre au ralentissement de la croissance de la base d’utilisateurs.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Sony ?

Crédit photo : pryzmat – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur