SOPA : le Net américain se dresse contre le Congrès

CensureMarketingRégulations

Google, Facebook, Twitter, Wikipedia, Fondation Mozilla…Des grandes pointures du Web se dressent contre la tentation de brider le Web au nom de la lutte antipiratage.

“Transmettez au Congrès : s’il vous plaît, ne censurez pas le Web”*.

C’est le message laissé sur la page d’accueil de Google.com qui s’immisce directement dans le débat sur la proposition de loi de lutte antipiratage SOPA (Stop Online Piracy Act).

Celle-ci serait sur le point d’être abandonné mais, parallèlement, un autre texte similaire du nom de PIPA (Protect IP Act) est examiné au Sénat américain.

Le groupe Internet pointe un lien avec sa page d’accueil sobre qui invite à signer une pétition en ligne adressée aux parlementaires américains.

Comme prévu, la version anglaise de Wikipedia a été coupée aujourd’hui (18 janvier).

Seul l’accès à une page d’accueil spéciale de protestation sous forme de black-out a été laissée avec un accès direct à une fiche de questions-réponses portant sur les projets de législations SOPA et PIPA jugés liberticides.

Une bonne partie de la communauté Internet et l’administration Obama rejettent le projet SOPA considéré comme un moyen de censurer le Web.

Cette opposition traversent autant de groupes Internet comme Google, Facebook ou Twitter que des mouvements plus alternatifs ou communautaires comme Reddit, la Fondation Mozilla ou la Free Software Foundation.

En guise de solidarité, le site du Parti Pirate est également fermé.

Dans notre précédent article sur le SOPA, des lecteurs nous apprenaient l’existence d’un article en date du 19 décembre 2011  intitulé “Don’t break the internet” .

Il a été publié dans la Stanford Law Review par trois éminents professeurs américains (Mark Lemley, David S. Levine, & David G. Post).

Ils expliquent  en quoi la SOPA est anticonstitutionnelle et dangereuse pour Internet.

*”Tell Congress: Please don’t censor the web!”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur