Un sous-traitant chinois de Samsung fait travailler des enfants

Régulations

Selon une enquête menée par l’organisation China Labor Watch, HEG Electronics, sous-traitant de Samsung pour la fabrication de composants, emploie dans des conditions déplorables des enfants dans ses usines chinoises.

La Chine n’est décidément pas le pays du respect des droits de l’Homme… L’organisation à but non lucratif China Labor Watch, qui a déjà mené de nombreuses enquêtes sur le respect des conditions de travail en Chine, vient de publier un rapport accablant qui pointe du doigt un des sous-traitants de Samsung.

Les enquêteurs de China Labor Watch ont en effet constaté sur place que les  usines de HEG Electronics, qui fabriquent des composants pour divers appareils électroniques commercialisés par Samsung (baladeurs MP3, terminaux mobiles, lecteurs DVD…) et situés près de Guangzhou (province de Guangdong),  emploient « un  nombre important d’enfants ».

Pour mener leur rapport à bien, les enquêteurs de l’organisation chinoise se sont fait recruter dans les usines de HEG Electronics en tant qu’ouvriers. Ils ont ainsi remarqué la présence sur ces sites de 50 à 100 enfants. Certains ayant moins de 16 ans.

Selon le rapport de China Labor Watch, ces enfants sont obligés de travailler debout, sur les lignes de production de Samsung,  11 heures par jour et 6 jours par semaine. Et ce, de 26 à 28 jours par mois. Le tout entrecoupé d’une pause déjeuner de 40 minutes.

Pendant les vacances scolaires, les usines des HEG Electronics de Guangzhou embaucheraient un plus grand nombre de mineurs. Lors de ces périodes de congés, 80% des 2 000 ouvriers pourraient être des élèves. La plupart d’entre eux seraient même envoyés  par des établissements scolaires « partenaires ».

Et les tâches effectuées par ces enfants-esclaves sont apparemment loin d’être de tout repos. Selon les enquêteurs de China Labor Watch, ces enfants doivent fréquemment réaliser des manipulations dangereuses, entraînant souvent des blessures et des accidents.

Le salaire mensuel : une maigre pitance de 145 euros mensuels, rapporte Numerama, auxquels s’ajoutent 125 heures d’”heures supplémentaires” (sic) et de petites primes.

Comme ne manque pas de le préciser Francetvinfo.fr, “ces [jeunes] ouvriers travaillaient dans les mêmes conditions pénibles que les travailleurs adultes, mais étaient payés seulement 70 % du salaire”.

Interrogé par Bloomberg sur ces conditions de travail déplorables et le recrutement de mineurs sur les lignes de production de son sous-traitant, Samsung affirme avoir déjà procédé à deux visites des usines de HEG Electronics cette année, et n’avoir constaté aucun problème…

Toutefois, devant le rapport établi par China Labor Watch, le constructeur sud-coréen s’est engagé à lancer dans les plus brefs délais une nouvelle enquête approfondie…

 

 

Crédit image : Copyright Bartlomiej Magierowski-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur