Splio lève 10 millions d’euros pour aller au-delà du CRM

CRMEntrepriseLevées de fondsMarketing
splio-levee-fonds
5 11

Splio ouvre son capital pour accélérer le développement technologique et commercial de sa plate-forme cloud dédiée à la gestion de l’expérience client.

C’est une première pour Splio après quinze années d’autofinancement : l’éditeur français a bouclé une augmentation de capital.

D’un montant de 10 millions d’euros, la levée est réalisée auprès du Fonds Ambition Numérique (géré par Bpifrance dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir), de BNP Paribas Développement et de la société de gestion de portefeuille Amundi Asset Management, via sa filiale Amundi Private Equity Funds.

L’opération doit permettre à Splio d’accélérer le développement technologique et commercial de ses logiciels marketing en SaaS. Et plus particulièrement la plate-forme Spring, lancée en 2015 pour accompagner les marques du luxe et du retail dans la gestion de la relation client.

Au-delà de l’aspect CRM, la SAS parisienne parle de CEM, pour « Customer Experience Management ». Ou comment appréhender le parcours client dans sa globalité pour mieux l’individualiser… et améliorer le ciblage*.

Splio avait lancé, en 2001, une première solution baptisée Emailforge, à laquelle s’était ensuite ajoutée SMS Forge.

Depuis lors, la société a ouvert des filiales en Espagne (en 2009, à Barcelone), en Chine (en 2010 ; présente à Shanghai et Pékin), au Brésil (São Paulo, 2011), en Pologne (Varsovie, 2012) et en Italie (Milan, 2015).

Elle revendique, sous la houlette de son président-fondateur Raphaël Jore, « plus de 120 experts répartis sur trois continents », la R&D étant localisée à Versailles.

Les données de Société.com font état d’un chiffre d’affaires de 8,868 millions d’euros sur l’exercice 2014, pour un résultat net de 1,075 million d’euros. Le tout avec « plus de 500 clients » dont Sephora, Guy Degrenne, Givenchy, L’Oréal, Eden Park et Sonia Rykiel pour la partie luxe/retail, Menlook et Webdistrib pour le e-commerce et Accor, Autolib’, GMF ou encore France Télévisions pour les « médias et services ».

On notera que les données sont hébergées en France, sur 100 serveurs répartis dans deux datacenters en Île-de-France. Une exception est faite pour les clients chinois, qui sont en cloud public à Pékin ou en cloud privé à Hong Kong et Singapour.

* Plusieurs modules composent l’offre : Target pour segmenter l’audience, Scenario pour orchestrer les campagnes multicanales, Designer pour personnaliser e-mails et SMS, Report pour analyser les informations clients, Clienteling pour déployer le CEM en point de vente et Engagement pour mesurer l’attachement des clients à la marque.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur