Sponsored Stories : coup de froid pour Facebook en Scandinavie

Marketing
Facebook Sponsored Stories confidentialité

Les statuts sponsorisés de Facebook sont dans le collimateur des associations de consommateurs norvégiennes, qui en dénoncent le caractère intrusif et les assimilent à des spams.

Les statuts sponsorisés de Facebook, trop envahissants au point d’être assimilables à des spams ?

Telle est la posture des associations de défense des consommateurs et notamment du Forbrukerombud.

Le médiateur norvégien, comme ses pairs d’Europe du Nord, dénonce le caractère intrusif de cette fonctionnalité en s’y référant sous sa dénomination anglophone : Sponsored Stories.

L’artifice consiste en la reprise de contenus (messages publics, géolocalisation, mentions “J’aime”…) publiés par les membres du réseau social, pour les associer aux logos de marques, dans des encarts publicitaires “à visage humain”.

Ces derniers apparaissent aléatoirement dans les flux d’actualités des membres. Facebook est invité à en suspendre sans délai l’affichage, sous peine de poursuites judiciaires.

Pour appuyer sa démarche, le Forbrukerombud a adressé une lettre à la Commission européenne, sollicitant une vérification de conformité vis-à-vis de la réglementation en matière de confidentialité.

Se référant à la directive “vie privée et communications électroniques”, l’association souligne également le fait que Sponsored Stories s’impose aux utilisateurs sans possibilité apparente de la contourner par une éventuelle désinscription (opt-out).

La porte-parole Gry Nergaard, qui s’est confiée à l’AFP, en appelle à un amendement de ladite directive, qui interdit formellement d’envoyer des publicités électroniques, par SMS ou courriel, à des utilisateurs non consentants.

Nous estimons que ces statuts sponsorisés […] commencent à s’apparenter à des messages électroniques non sollicités“, déclare-t-elle.

Facebook a déjà connu, pour des raisons similaires, un coup de chaud en Californie, poursuivi par 5 utilisateurs.

Le réseau social de Mark Zuckerberg a provisionné une enveloppe de 20 millions de dollars destinée à l’indemnisation de tous les utilisateurs qui en feront la demande expresse.

L’affaire prendra-t-elle le même tournant en Europe ?

A suivre : Êtes vous incollable sur Facebook ? Essayez notre quiz.

Crédit photo : 06photo – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur