Spotify déménage vers le cloud de Google. Mais pas totalement ?

CloudDatacenters
spotify-google-cloud
5 0

Spotify va relocaliser dans le cloud de Google l’infrastructure qui soutient son service de musique en streaming. Une migration totale ou partielle ?

mise à jour du 24 février 2016 à 15 h 56 : AWS nous précise que Spotify reste son client. Les infrastructures que la plate-forme de musique en streaming déménage vers le cloud de Google sont celles qui étaient encore hébergées dans ses locaux, nous explique-t-on.

Du côté de Google, on ne nous confirme pas cette information. Mais pas non plus de démenti formel…

Ci-dessous, l’article original

Changement d’infrastructure pour Spotify.

L’entreprise suédoise commence à migrer son service de musique en streaming vers le cloud de Google.

Jusqu’alors, elle fonctionnait en mode hybride, s’appuyant sur plusieurs fournisseurs auprès desquels elle avait acheté ou loué des capacités (serveur, réseau, stockage). Parmi eux, Amazon Web Services, qui en avait fait un cas client.

Pourquoi cette bascule ? Spotify estime, d’une part, que le cloud a atteint un niveau de maturité satisfaisant, notamment en termes de performances, pour s’imposer comme la meilleure option sur le long terme.

D’autre part, l’offre est devenue intéressante au niveau des coûts, sur fond de guerre des prix entre acteurs d’un marché ultra-concurrentiel.

Spotify, qui avait lancé son activité avec un datacenter en Scandinavie avant d’en ouvrir un au Royaume-Uni puis de s’étendre aux États-Unis, compte aussi, comme le note Wired, exploiter les outils mis à disposition par Google pour le traitement de données : Dataproc, Pub/Sub, BigQuery

En l’état actuel, environ 250 000 comptes d’utilisateurs – sur 75 millions revendiqués – ont été migrés vers Google Cloud Platform. Le reste devrait l’être dans un délai de 18 mois.

En toile de fond, un objectif : bénéficier d’une capacité supérieure de montée en charge, non seulement pour faire face à la croissance des usages sur mobile, mais aussi pour optimiser la mise à jour régulière du catalogue (chaque jour, plusieurs milliers de titres sont ajoutés).

C’est un contrat remarqué pour Google, qui a aussi enregistré, ces derniers temps, des désillusions comme le départ de General Electric, qui a choisi de passer sur Office 365 pour ses quelque 300 000 employés.

Le groupe Internet, dirigé par Sundar Pichai depuis sa réorganisation sous le prisme de la holding Alphabet, estime pouvoir tirer, dans 10 ans, davantage de revenus du cloud* que de la publicité en ligne. Amazon fait la même réflexion par rapport à son activité e-commerce.

* Selon Forrester, le marché mondial du cloud pèsera près de 200 milliards de dollars en 2020.

Crédit photo : optimarc – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur