Spotlight, la tête chercheuse de Mac OS X Tiger

Cloud

C’est la fonctionnalité la plus surprenante de la prochaine version de Mac OS X Tiger : le moteur de recherche Spotlight, conçu par des anciens développeurs de BeOS.

Pour les développeurs qui ont assisté à la WWDC, le grand rendez-vous des développeurs Apple qui s’est déroulé à San Francisco entre le 28 juin et le 2 juillet (voir édition du 29 juin 2004), l’une des sessions les plus intéressantes a été la démonstration du moteur de recherche Spotlight. Elle a été animée par les deux concepteurs du nouvel outil : Dominic Gianpaolo et Pavel Cisler, deux transfuges de la défunte société high-tech BeOS qui avaient développé un moteur de recherche similaire. Ils sont également connus pour leur contribution destinée à améliorer le système d’exploitation alternatif BeOs (voir édition du 25 octobre 2002).

Recherche dans tous les recoins

Ce nouvel outil de recherche va être intégré dans la prochaine version de Mac OS X, Tiger. Il s’agit en fait d’un menu déroulant, situé dans le coin supérieur droit de l’écran et également intégré aux fenêtres du Finder. Spotlight réalise une recherche aussi bien dans les fichiers et les dossiers que dans les e-mails, répertoires et autres agendas, selon Apple. La recherche s’effectue instantanément dans les noms de fichiers et de dossiers, mais aussi directement à l’intérieur du texte des fichiers.

Les résultats peuvent être affinés avec une recherche plus poussée dans un dossier, ou par date ou type de document. Les recherches peuvent être enregistrées comme dossiers intelligents pour obtenir, à volonté, le résultat d’une même recherche. Spotlight range les résultats d’une recherche par ordre de pertinence et peut limiter le nombre de documents présentés. De la même manière, les résultats peuvent être exploités finement, grâce à une présentation synthétique de la recherche.

Une indexation transparente

L’indexation¸ réalisée en tâche de fond, est totalement transparente. En fait, Spotlight indexe les métadonnées de tous les fichiers et applications disposant d’un traducteur spécifique et se charge de leur stockage. L’opération ne se remarque pas, Spotlight travaillant en sous-main, à mesure des modifications du Finder (réception d’e-mail, nouveau document, modification du carnet d’adresses…). L’ensemble s’appuie sur deux briques technologiques ajoutées à Mac OS X : Core Data, une interface applicative, et Spotlight Frameworks, l’architecture de recherche et de stockage des données. Au cours de la WWDC, Apple a fourni aux développeurs le mode d’emploi pour s’assurer que leurs prochaines applications pourraient utiliser Spotlight.

Pour certains développeurs présents à la WWDC (comme le weblogger Drissman), un problème se pose pour les informations qui ne sont pas organisées en fichiers, mais sous la forme d’une base de données. Il serait actuellement impossible de réaliser une recherche de cette manière. Mais la technologie de Spotlight s’appuyant sur une couche logicielle qui se superpose au système de fichier HFS+ utilisé par Mac OS X (voir édition du 27 mars 2003), on peut s’attendre à d’autres développements à venir.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur