SSD Series 520 : Intel choisit le bon côté de la SandForce

Mobilité
Intel SSD 520 Series

A l’heure d’introniser ses SSD Series 520, Intel semble bannir tout compromis entre performances, endurance et fiabilité. A l’appui de ces prétentions, les nouveaux contrôleurs LSI SandForce.

Intel lève le voile sur ses SSD Series 520, successeurs de la gamme 510 et premiers à embarquer un contrôleur LSI Sandforce.

A l’appui d’un processus de validation de longue haleine, le firmware en constitue la pièce maîtresse. De son association à un contrôleur SATA-III à 6 Gbits/s découlent d’honorables performances et une durabilité qui conforte Intel dans l’octroi d’une garantie de 5 ans.

Conséquence de l’acquisition automnale de LSI, les microcontrôleurs SandForce volent la vedette à leurs homologues estampillés Marvell et jusqu’alors implémentés en standard dans les SSD d’Intel.

A cet égard, Michael Raam, vice-président et Directeur général de la division composants flash pour le compte de LSI, évoque un travail en étroite collaboration et une refonte quasi intégrale du firmware SF-2281, générateur de multiples désagréments à son arrivée en octobre dernier.

Ses propos repris par Silicon.fr, l’intéressé encense la fiabilité au rang des qualités propres aux Series 520. A raison d’une écriture quotidienne de 20 Go de données, la durée de vie de chacun des cinq modèles de la gamme s’élève à 5 ans, pour un MTBF (Mean Time Between Failures) estimé à 1 200 000 heures.

Côté performances, l’exercice de la lecture aléatoire à 4 Ko accouche de quelque 80 000 opérations d’entrée-sortie (IOPS) par seconde pour les versions de 60 à 240 Go. Le haut de gamme à 480 Go atteint quant à lui les 50 000 IOPS.

En écriture, l’inverse se vérifie : le Series 520 de base tombe à 15 000 IOPS, près de trois fois moins que ses pendants à 180, 240 et 480 Go.

Moins significatif, mais monnaie courante dans les benchmarks et l’analyse qui s’ensuit, le débit tutoie les 550 Mo/s en lecture séquentielle (520 Mo/s en écriture), moyennant des temps de latence avoisinant les 80 millisecondes.

Il en résulte une échelle tarifaire à la hauteur des prétentions d’Intel. De 149 à 999 dollars, soit 134 à 900 euros TTC, le professionnel, plus que le particulier, n’a guère que l’embarras du choix, mais il saura reconsidérer des solutions concurrentes (Kingston, OCZ, Samsung) sensiblement moins coûteuses.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur