Stantum : l’inventeur de l’écran multitouch est français

Mobilité

Fondée en 2007 à partir d’une technologie amorcée dès 2003, la jeune pousse bordelaise Stantum veut rivaliser avec Apple et Microsoft sur les écrans tactiles.

Qui est l’inventeur de l’écran multitouch, cette technologie qui permet d’adresser plusieurs points de contact simultanément sur un écran tactile? Apple avec l’iPhone en 2007? Microsoft avec Surface la même année (et bientôt sur Seven)? Perceptive Pixel, une spin off du Courant Institute of Mathematical Sciences de l’Université de New York créée en 2006? Pas du tout. Dès 2004, Stantum, une jeune pousse bordelaise effectuait sa première démonstration d’un écran multitouch baptisé Jazzmutant*.

Musiciens en herbe, Guillaume Largillier et son complice Pascal Joguet (qui est un transfuge de l’Ircam) cherchaient un appareil adapté à leurs besoins d’auto-production. “Nous trouvions que le système clavier/souris était inadapté, il nous manquait une véritable interface tactile“, se souvient Guillaume Largillier. Et voilà les deux compères partis en quête d’un industriel prêt à matérialiser leur projet.

Nous avons cherché pendant un an mais personne n’en voulait faute de marché“, raconte notre interlocuteur, “nous avons donc décidé de développer nous même la technologie sous la marque Jazzmutant.” Finalisé fin 2003, le Dexter sera industrialisé en juillet 2005.

L’objet ressemble à une tablette PC qui remplace, sur son écran tactile de 12 pouces, une table de mixage audio ou, dans sa version Lemur, une interface personnalisable qui vient créer une sorte de machine à sons. Björk et Daft Punk l’adopteront, parmi d’autres.

Un marché trop étroit

Si le produit trace son chemin chez les Mozart des l’électronique, l’industrie de la musique s’avère un marché trop étroit aux yeux de ses créateurs qui comprennent vite le potentiel de l’outil. Téléphones mobiles, Tablettes PC, dalles tactiles… le marché est immense. Il concerne un vaste nombre de secteurs qui vont de l’automobile aux jeux vidéo en passant par le militaire et le médical.

Pour y répondre, En 2007, les deux complices accompagnés d’un troisième associé, Julien Olivier, créent la société Stantum pour industrialiser la technologie. “La vraie magie du multitouch se trouve dans le contrôleur, une simple puce 8 bits qui pilote la technologie“, explique Guillaume Largillier, aujourd’hui PDG de Stantum. “Nous sommes en train de développer cette puce avec un grand industriel du secteur. ” Mais le représentant de la société taira le nom de ce partenaire stratégique. “L’idée est de rester le plus standard possible pour développer une gamme de composants capables de répondre aux besoins et contraintes de chacun à travers une technologie ‘scalable’.

L’entreprise nourrit le composant électronique d’applications maison et d’un environnement de développement (framework). Stantum ne fabrique rien directement et se positionne aujourd’hui plutôt en tant qu’OEM en direction des fabricants de téléphones mobiles et de leurs sous-traitants.

Stantum se sent supérieur à l’iPhone

Guillaume Largillier croit beaucoup au marché des terminaux mobiles et positionne la technologie de Stantum comme supérieure à celle de l’iPhone. “L’iPhone est capacitif, c’est-à-dire sensible au doigt uniquement. Nous proposons du résistif, qui fonctionne indifféremment au doigt et au stylet.

Un avantage technologique que Stantum projette d’exploiter sur des applications bureautiques, pourtant gourmandes en surface de travail, à travers la convergence PC-téléphone. Et de démontrer la pertinence des propos en présentant une application à la Adobe Illustrator qui se pilote des deux mains.

Sur la gauche du petit écran, apparaît série de boutons dont chacun donne accès à des menus dynamiques contextuels dans lesquels l’utilisateur vient piocher les options à l’aide du stylet selon ses besoins. Et ça marche avec une efficacité indéniable. “Aujourd’hui, le multitouch s’apparente au zooming, mais le potentiel applicatif est énorme“, soutient Guillaume Largillier, “Steve Jobs aura besoin du multitouch applicatif.” Stantum, partenaire d’Apple?

Un tour de table ambitieux

D’ici là, l’entreprise va poursuivre ses développements, à la fois technologiques et commerciaux. Après une levée de fonds d’amorçage (500 000 euros) en 2004 puis une seconde de 2 millions en 2007 (auprès de Xchange), Stantum relancera un nouveau tour de table “ambitieux” en fin d’année avec des investisseurs internationaux.

Objectif immédiat : développer ses positions sur les marchés américains et asiatiques avec l’ouverture de bureaux locaux en 2009. Côté technologique, les développements poursuivront l’amélioration des interfaces de contrôle et tendront vers l’haptique (qui ajoutera la sensation du toucher).

Le marché est prometteur. Les analystes ont récemment revu leurs chiffres à la hausse. Et estiment à 800 millions le nombre d’écrans tactiles pour 2011. “Dans 4 ans, tous les téléphones seront multitouch“, promet le dirigeant, “le multitouch est une lame de fonds“. D’ici 4 ans, la concurrence se sera développée, c’est certain. Mais Stantum compte bien profiter de ces quelques années d’avance pour s’imposer durablement.

* les premiers travaux sur les surfaces multitouch remontent au début des années 90 selon Bill Buxton.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur