Les start-up françaises du numérique attirent le capital-risque

EntrepriseLevées de fondsStart-up
start-up-numerique-capital-risque
0 0

Selon le baromètre du capital-risque établi par Ernest & Young, les jeunes pousses françaises affichent un certain potentiel de séduction des investisseurs, qui mettent essentiellement leurs billes dans le numérique.

A elles seules, les entreprises de la filière numérique concentrent 50% des sommes injectées dans les start-up françaises au 2e trimestre 2013. C’est l’une des principales conclusions dressées par le cabinet Ernest & Young dans son premier baromètre du capital-risque.

La France concentre environ 13% du total des montants levés dans l’Union européenne, soit 487 millions d’euros. Elle n’est devancée que par l’Allemagne (18% des investissements) et le Royaume-Uni (41%).

Des 177 opérations réalisées sur la période scrutée, 65% se sont portées sur des acteurs du numérique. En tête de liste, les fournisseurs de services Internet, qui ont levé 132 millions d’euros en 68 transactions. Suivent les éditeurs de logiciels (115 millions d’euros en 44 opérations), les spécialistes de l’électronique (63 millions d’euros en 5 opérations), le secteur Medtech (43 millions d’euros en 9 opérations) et les biotechnologies (40 millions d’euros en 10 opérations).

Tous domaines confondus, les investissements augmentent selon le stade de maturité des projets. Ainsi, 29 levées de fonds ont concerné des start-up en phase d’amorçage, avec une enveloppe moyenne de 500 000 euros… alors qu’à l’occasion d’un premier tour de table, ce montant avoisine 1,6 million d’euros. Il atteint 3,45 millions d’euros lors d’un deuxième tour de financement… et 8,35 millions au-delà.

Pour favoriser la transformation de jeunes sociétés en entreprises de taille intermédiaire (ETI) « de rang mondial », la France table, comme le note Silicon.fr, sur le co-investissement public-privé. En témoigne le profil hétérogène des principaux investisseurs : Bpifrance (15 millions d’euros), CapDecisif (9 millions), puis le fonds Partech (9 millions).

Impliqué dans les semi-conducteurs, Crocus Technology a réalisé la plus grosse levée de fonds au cours du trimestre (34 millions d’euros), devant Talend (29 millions), Pixium Vision (24,5 millions), Withings (23,5 millions) et Scality (17 millions).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous le crowdfunding ?

Crédit illustration : Rrraum – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur