Station F inaugurée : la gare qui sert de phare « Niel-mérique »

EntrepriseGestion des talentsManagementStart-up
station-F-inauguration-en-fanfare

En la présence d’Emmanuel Macron, des milliers d’invités ont assisté à l’inauguration de Station F, le méga-incubateur de Xavier Niel. Les travaux avaient démarré en octobre 2014.

« Faites vibrer les murs de Station F« , scande Emmanuel Macron. A côté du « maître des horloges » comme on surnomme le Président de la République, le grand ordonnateur Xavier Niel peut jubiler.

Son « Louvre » version numérique vient d’être inauguré. Son petit Silicon Valley, son temple numérique ou son usine à start-up…Les images spontanées ne manquent pas.

Après 32 mois ans de travaux (qui ont démarré en octobre 2014), la Halle Freyssinet modernisée près de la Gare d’Austerlitz (13ème arrondissement de Paris) est inaugurée avec un délai de livraison raisonnablement respecté.

 

Jeudi soir (29 juin), plus de 2000 personnes s’entassent sous la nef de cette ancienne station de messagerie de frêt inscrite au titre des monuments historiques et revigorée par le cabinet d’architectures Wilmotte.

On parle juste d’un endroit immense : un méga-open space de 34 000 mètres carrés magnifique lorsque les rayons du soleil jouent avec le vitrage.

De quoi faire cohabiter un millier de start-up ou 3000 créateurs (avec autant de postes de travail), des espaces événementiels, des bureaux, un « makerspace », un café coworking, un restaurant gigantesque qui sera ouvert au grand public (mais non accessible lors de l’inauguration) et même un espace courrier postal.

L’aura de Xavier Niel, à la fois entrepreneur (Iliad-Free), investisseur (Kima Ventures) et son image de gourou (renforcée à travers l’Ecole 42) a fait le reste.

Progressivement, d’importants groupes numériques se sont associés à la phase de lancement avec des programmes d’accélération : Facebook, Microsoft, Naver, Ubisoft, Vente-Privée, Amazon Web Services…On en recense une vingtaine à l’ouverture. Des fonds d’investissement ont suivi comme Ventech ou Daphni.

Macron dans son élément

En moins de quinze jours après sa visite à Viva Technology, Emmanuel Macron replonge donc dans un bain de foule dans l’écosystème numérique.

 

Le Président de la République le répète à satiété : la France est la nouvelle nation des start-up et des entrepreneurs. Macron et Niel ensemble, c’est une combinaison numérique optimisée avec ses versants politique et économique.

En qualité de Maire de Paris (qui a co-investi dans Station F), Anne Hidalgo monte également sur scène pour exprimer sa satisfaction de voir un tel complexe numérique émerger dans la Capitale. Quelque part, elle doit y songer : « Digital London n’a plus qu’à capituler ».

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat en charge du Numérique, ne pouvait pas rater cela. Pour une première visite dans l’enceinte de Station F, il a de quoi s’en mettre plein des yeux…Et les start-uppers lui rendent bien.

L’un d’entre eux accoste le représentant du gouvernement dans ce sens : « Avant, mon rêve, c’était de partir aux Etats-Unis. Maintenant, je veux rester. » Presque la marotte de Xavier Niel : « La France est un paradis pour créer des start-up. »

Pour l’ambiance sur place, tout est prévu en mode open bar pour l’inauguration : buffets, tables, boissons à volonté, groupe de musique qui reprend des standards du disco et des tubes indémodables…

station-f-banquet

C’est l’effervescence à proximité des mornes tours de la Bibliothèque Nationale de France.Des tours symbolisant le papier résilient vs le numérique triomphant dans un complexe revigoré de gare ferroviaire. La verticalité des tours représentant l’organisation vs l’horizontalité de l’espace Station F qui colle aux projets numériques…

Roxanne Varza était impatiente également. La directrice de Station F déclare dans le Journal du Net que « le campus est déjà presque complet aujourd’hui ».

Comme si la machine à start-up commençait à s’emballer, un nouveau programme d’accélération directement rattaché à Station F a été annoncé dans la journée: le « Fighters Program » conçu au nom de l’inclusion pour « tous ceux qui n’ont pas bénéficié des mêmes chances » (les profils sont décrits ainsi : « jeunes de banlieues ou zones rurales les moins privilégiées, immigrants ayant eu des difficultés à s’intégrer, réfugiés, histoires personnelles difficiles, etc. »).

Il cohabitera avec le Founders Program, également géré en propre par Station F qui s’adresse aux start-up en amorçage.

Les programmes d’accélération des partenaires vont ouvrir leur porte à partir de la semaine prochaine. Les start-up seront « onboardés » (accueillies) par vagues successives…L’inauguration de Station F, c’est désormais à comparer à l’imminence d’une introduction en Bourse : « Y’a plus qu’à, faut qu’on ».

La sphère géographique va encore grossir avec une excroissance immobilière pour accueillir les start-uppers qui seront logés près de Station F. Une extension de 600 logements – en construction – ouvrira dans le courant de l’été 2018.

Xavier Niel : interventions médiatiques calculées

Malgré cette consécration, Xavier Niel demeure discret. Il n’apprécie pas (plus?) l’exposition médiatique.

Malgré son immense richesse (10ème fortune de France selon le tout chaud classement Challenges) et son statut de Citizen Kane à l’ère numérique (copropriétaire du Monde et du Nouvel Obs), vous le voyez guère fanfaronner dans les médias.

Certes, pour l’inauguration de Station F, il a fourni quelques efforts de communication en acceptant une invitation à la matinale de France Inter ou pour monter une vidéo au format Brut pour faire un peu de buzz. Mais ses interventions restent sobres et limitées en nombre.

Pourtant, Xavier Niel pourrait caqueter davantage au regard du chantier réalisé. Il peut se montrer fier du parcours accompli. Quand il tweete sur son compte perso, c’est plutôt bon signe.

Station F représente le joyau de la « galaxie Niel-mérique » à côté de son pilier Iliad-Free et des extensions d’influence Kima Ventures et 42.

Jeudi soir, des élèves de l’école alternative pour apprendre à coder commencent déjà à squatter ce nouveau terrain de jeu. Une sorte d’appropriation naturelle en quelque sorte.

N’éludons pas le sujet : Station F, c’est surtout une question d’investissement financier à titre individuel : Xavier Niel a mis 250 millions d’euros sur la table (avec un terrain foncier acquis 70 millions d’euros). Avec un équilibre financier escompté à l’horizon 2020.  

station-F-sunlight


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur