Stephen Hawking : l’intelligence artificielle pourrait écraser l’être humain

Régulations
stephen-hawking-intelligence-artificielle-humanite

Le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking tire la sonnette d’alarme. L’Humanité est en danger si l’intelligence artificielle n’est pas encadrée.

Le soulèvement des machines façon Terminator, juste un film ? La vision d’Hollywoood est simpliste mais l’astrophysicien Stephen Hawking considère néanmoins que le développement de l’intelligence artificielle pourrait aboutir à la fin de l’Humanité.

Dans un entretien accordé à la BBC, le célèbre expert scientifique britannique considère que les êtres humains, “limités par une évolution biologique lente”, ne seraient pas en mesure de rivaliser avec les progrès réalisés dans le domaine de l’intelligence artificielle. “Ils seraient dépassés”, prédit Stephen Hawking.

Même si l’on dispose d’une marge de progression importante pour concevoir de réelles machines à penser, la prédiction à terme de ce professeur de renom raisonne. Dans le courant du printemps, Stephen Hawking avait déjà évoqué ce sujet des dangers liés à l’essor de l’intelligence artificielle à travers une tribune co-signéé dans le journal britannique The Independant.

A propos du lien Internet et terrorisme, le scientifique est conscient de l’impact. “Plus de choses doivent être faites par les sociétés Internet pour lutter contre cette menace mais la difficulté est d’y parvenir sans sacrifier la liberté et la confidentialité.”

Atteint d’une maladie dégénérative paralysante (précisément une sclérose latérale amyotrophique) et cloué sur un fauteuil roulant, Stephen Hawking utilise un synthétiseur vocal avec l’apport de technologies en provenance d’Intel et de SwiftKey pour s’exprimer.

Il parvient à écrire sur son ordinateur en activant un capteur grâce à la contraction d’un muscle de sa joue. Les caractères sélectionnés se transforment en mots retranscrits par voix artificielle. Selon l’AFP, son système de communication sera librement mis à la disposition de la communauté scientifique à partir de janvier 2015.

Le principal intéressé conçoit que sa voix artificielle peut dérouter. “C’est ma marque commerciale. Je ne la changerais pas pour une voix plus naturelle avec un accent britannique”, fait remarquer Stephen Hawking sur la BBC.


Quiz : Maîtrisez-vous les outils de reconnaissance vocale ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur