Steve Ballmer (Microsoft) et John Chambers (Cisco) : deux patrons incompétents ?

Marketing

Le magazine Forbes tire à boulets rouges sur les dirigeants qui ne tiendraient pas la route. Steve Ballmer et John Chambers sont canardés.

Le magazine économique américain Forbes a dressé un classement (on n’ose dire un palmarès) des patrons de firmes qui auraient dû sauter en raison de leur piètres performance en termes de résultats et de management.

Sur les cinq “lauréats”, on trouve Edward Lampert (Sears Holdings), Mike Duke (WalMart) et Jeffrey Immelt, General Electric (GE)…et deux boss du secteur IT.

Steve Ballmer, CEO de Microsoft, est présenté comme “le pire dirigeant d’une société cotée en Bourse aujourd’hui”.

La charge est lourde. “Non seulement il a écarté Microsoft de segments de business rapide et lucrative dans les nouvelles technologies (musique sur mobile, téléphonie mobile et tablettes), mais, en plus, dans le processus, il a sacrifié la croissance et les profits de son entreprise et celles de l’écoystème comme Dell, HP et même Nokia.”

Bref, Forbes évoque une perte de valeur et pour les actionnaires et des suppressions de postes.

Outre les piètres performances boursières, le magazine évoque le manque d’attractivité de produits comme Windows 7 et Office 2010, “qui n’ont rien fait pour enthousiasmer les utilisateurs en entreprise ou à domicile”.

Les critiques vont-elles s’atténuer avec Windows 8 ?

Dans la catégorie réseaux télécoms, John Chambers en prend pour son grade.

Le CEO de Cisco depuis 1995 (remarquable longétivité) a effectué un remarquable parcours jusqu’en 2001, considère Forbes.

Ensuite cela se complique en raison d’une combinaisons de facteurs défavorables : éclatement de la bulle Internet, budget IT en baisse en entreprise, un marché qui évolue (cloud)…

De qui couper les jambes de Cisco en termes de stratégie et de croissance.

John Chambers n’aurait pas été capable de renifler les nouveaux marchés comme les réseaux mobiles ou l’informatique dans les nuages (stockage, services, applications).

Le manager a procédé à la réorganisation de la firme IT à trois reprises.

Mais “c’était comme s’il avait ré-aménagé les chaises longues sur le pont du Titanic”, tranche le magazine.

Crédit photo : ©-Kovalenko-Inna-Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur