STIF : cette délocalisation d’un centre d’appels qui ne passe pas

Régulations
hotline-centre-appels-alerte-call-center

L’organisme en charge des transports en Ile-de-France a retenu un prestataire de call center au Maroc pour reprendre une mission jusqu’ici assurée par le français Webhelp. Dur à avaler pour le Redressement productif.

Passer du discours à la réalité concernant la relocalisation des centres d’appels, ce n’est pas évident…surtout dans un cas de future délocalisation.

Illustration avec l’autorité organisatrice des transports en Ile-de-France (STIF), qui a sélectionné un prestataire implanté au Maroc pour gérer une partie de sa relation clientèle assurée par téléphone.

Depuis 2006, c’est la société française Webhelp, opérateur de centre d’appels, qui a la main sur ce marché public renouvelé en 2009 mais son échéance arrive à février 2014.

Faute de continuité sur ce service fourni au STIF, elle compte procéder à un plan de sauvegarde de l’emploi. Du coup, 80 emplois sont menacés. Les centres sont situés à Saint-Avold (Moselle) et Fontenay-le-Comte (Vendée).

Selon Les Echos, Webhelp voudrait initier une action en référé contre le STIF.

La question du prix semble au centre des débats : “Les rapports réguliers des comités de pilotage l’indiquent. Le tarif, parmi les nombreux critères de sélection, a joué en notre défaveur car nous proposions des emplois sur le sol Français”, précise Olivier Duha, Co-président de Webhelp, cité dans La Tribune.

“Notre concurrent était simplement le mieux disant au niveau du prix grâce a une localisation au Maroc. Sur tous les autres points du dossier, hors prix, Webhelp a eu les meilleures notes.”

Le débat prend parallèlement une tournure politique : Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, demande à Jean-Paul Huchon, président (PS) de la région Ile-de-France et du STIF, de revoir le projet de délocalisation alors qu’il se bat pour le rapatriement des centres d’appels des opérateurs télécoms.

Mais ce serait impossible “en raison du code des marchés publics”.

” Le dialogue est en cours entre le gouvernement et le STIF. Il peut convaincre Jean-Paul Huchon de ne pas contractualiser l’offre retenue il y a treize jours”, poursuit Olivier Duha. “La balle est dans son camp. Il y encore de l’espoir.”

Mémo : Organisation du STIF
Le STIF, qui organise les transports publics des Franciliens, est l’émanation des collectivités locales d’Ile-de-France (Région, Paris et les 7 autres départements, 77, 78, 91, 92, 93, 94, 95). Il est présidé par Jean-Paul Huhcon, Président du conseil régional. Un représentant de la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie ainsi qu’un représentant des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale complètent le Conseil d’administration qui comporte ainsi 29 membres (source : STIF).

Crédit photo : AnatolyM – Shutterstock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur