STMicroelectronics se désengage de ST-Ericsson

Régulations
STMicroelectronics ST-Ericsson semi-conducteurs

Conséquence du recentrage de ses activités sur les solutions de puissance et le traitement embarqué, STMicroelectronics va se désengager de la coentreprise qu’il a montée avec le Suédois Ericsson.

Revirement stratégique pour STMicroelectronics, qui va progressivement se désengager de la coentreprise qu’il détient avec l’équipementier suédois Ericsson sur le marché des composants pour téléphones mobiles.

Le fabricant franco-italien de semi-conducteurs va recentrer ses activités sur deux segments de prédilection : d’une part, le traitement embarqué (Embedded Processing Solutions) ; de l’autre, les produits de détection et de puissance (Sense & Power).

Un focus sera mis sur le coeur des systèmes électroniques, plutôt que l’accès sans fil haut débit.

Le développement concernera les microsystèmes électromécaniques (MEMS) et capteurs, l’électronique de puissance intelligente, les produits pour l’automobile, mais aussi les microcontrôleurs et processeurs d’application.

Quant à cette rupture avec Ericsson, elle devrait être effective à l’automne 2013 “après une période de transition“, non sans préavis. Les deux parties en avaient convenu et intégré le paramètre dans leurs agendas respectifs.

Pour STMicroelectronics, dont le chiffre d’affaires sur le 3e trimestre essuie un recul annuel de 11,3%, cette scission s’accompagne de la nomination d’un nouveau directeur de la stratégie : Georges Penalver.

Le Franco-Italien continuera à apporter son soutien à ST-Ericsson “en tant que partenaire […] et fournisseur de blocs de propriété intellectuelle pour processeurs d’application“.

Fort de ces initiatives, le P-DG Carlo Bozotti escompte une relance à court terme, ponctuée d’une réduction des dépenses d’exploitation nettes à une moyenne trimestrielle comprise entre 600 et 650 millions de dollars d’ici le début de l’année 2014.

Le nouveau ST sera davantage focalisé, plus agile et mieux positionné pour apporter de la valeur ajoutée à ses clients et à ses actionnaires, avec pour objectif d’atteindre rapidement une marge d’exploitation de 10 %“, en conclut le dirigeant.

——– A voir aussi ——–
Quiz ITespresso.fr : armé pour choisir le bon microprocesseur ?

Crédit photo : MADDRAT – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur