Stockage : l’adieu aux start-up ?

Mobilité

EMC vient de racheter un éditeur de logiciels spécialisé dans le stockage. Le numéro un du stockage en réseau suit la tendance amorcée déjà depuis quelques mois par ses concurrents. La crise financière qui sévit depuis plusieurs mois ne permet plus aux start-up de ce secteur de survivre. Seule solution pour elles : se faire racheter. Et la liste s’allonge…

“Au vu de l’état actuel du marché boursier, les jeunes pousses du monde du stockage n’ont pratiquement aucune chance de réussir une introduction en bourse”, commente Jean-Jacques Maleval, auteur d’une étude pour StorageNewsletter sur les 200 start-up créées dans ce domaine depuis deux ans. Et d’ajouter : “La seule solution pour les fondateurs et les investisseurs de ces entreprises est de trouver un acquéreur, généralement un poids lourd de l’informatique.” Et l’actualité semble lui donner raison. On peut citer ainsi les rachats de NuSpeed par Cisco pour 450 millions de dollars, de HighGround par Sun pour 400 millions de dollars, ou encore de StorageApps par Hewlett-Packard pour 350 millions de dollars. Et la série continue.

Ainsi, début septembre, IBM rachetait Trellisoft, un éditeur de solutions logicielles de gestion de ressources de stockage (SRM) (voir édition du 3 septembre 2002). Le SRM permet en effet d’allouer de façon automatique de l’espace disque à des applications demandeuses. Il y a quelques jours, Sun s’emparait de Pirus Networks, un spécialiste de la gestion de réseaux de stockage intelligents pour des environnements ouverts (voir édition du 24 septembre 2002). Aujourd’hui, c’est au tour d’EMC de racheter un éditeur de solutions de gestion de stockage, Prisa Networks, pour 20 millions de dollars. Prisa a développé une suite de produits incluant VisualSAN Networks Manager, capable de gérer et de contrôler des dispositifs SAN. L’acquisition de Prisa devrait compléter l’offre d’EMC dans les environnements de milieu de gamme, voire d’entrée de gamme. C’est la huitième acquisition en trois ans dans le domaine des logiciels pour EMC.

Signe que les temps changent : non seulement ces start-up se font racheter, mais, de plus, le nombre de créations baisse considérablement. Jean-Jacques Maleval estime que 67 start-up ont été lancées en 2000, 18 en 2001, et seulement une en 2002.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur