Stockage flash : sTec rejoint les rangs de Western Digital

Data-stockageRégulationsStockage
Western Digital stockage flash sTec

Western Digital, qui cherche à établir plus sensiblement ses positions sur le marché du stockage flash, s’offre, pour 340 millions de dollars en cash, les talents et le portefeuille technologique d’un spécialiste du SSD : sTec.

En dépit d’une dynamique de croissance portée par une hausse de la demande en disques durs magnétiques, Western Digital anticipe une mutation du marché du stockage.

La multinationale américaine, qui a rendu une copie convaincante à l’issue du 3e trimestre de son exercice fiscal à conclure au 30 juin 2013, cherche à diversifier ses horizons pour elever les nouveaux défis auxquels les entreprises sont confrontées dans la gestion de l’information.

A cet effet, elle met ses billes dans les disques flash (SSD) et prend le contrôle d’un spécialiste en la matière : sTec.

Annoncé à 340 millions de dollars en cash (à raison de 6,85 dollars par action), ce rachat englobe talents – essentiellement les équipes R&D – et propriété intellectuelle.

Validée par le conseil d’administration, la transaction est encore sujette à validation de la part des actionnaires.

A l’issue du processus, sTec sera intégré au sein de HGST (ex-Hitachi Global Storage), filiale à 100% de Western Digital.

Son portefeuille technologique devrait donner naissance à des solutions de stockage flash dédiées essentiellement au data center.

En ligne de mire les applications consommatrices en ressources : bases de données, infrastructures de bureaux virtuels, environnements cloud, High-Performance Computing (HPC)…

Parallèlement, le partenariat technologique noué avec Intel se concentrera sur les produits à interface SAS.

Les travaux se porteront également sur le développement de contrôleurs de nouvelle génération. Prochain seuil : le dollar par gigaoctet, en optimisant notamment la compression et la déduplication des données.

En participant, voici trois mois, au 2e tour de financement (51 millions de dollars) du spécialiste du SSD Skyera, Western Digital avait clairement exposé ses ambitions sur le marché du SSD.

Son concurrent Seagate accorde lui aussi ses faveurs à la mémoire flash, mariée au stockage manétique dans le cadre de configurations hybrides qui combinent accessibilité tarifaire des disques durs et avantages des SSD (peu énergivores, moindres nuisances sonores, vitesse en lecture…)

Le potentiel de cette alternative au tout-SSD n’a pas échappé à Western Digital, qui s’est également engagé sur cette voie en livrant aux OEM des systèmes hybrides SSHD de 5 mm d’épaisseur, jusqu’à 500 Go de capacité.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : les périphériques de stockage, ça vous connaît ?

Crédit photo : TArhelger – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur