Stolen! C’est trop : l’app pour spéculer sur les comptes Twitter disparaît

Apps mobilesData-stockageLégislationMobilitéRégulations
stolen
4 1

Face à des abus constatés, l’équipe de Stolen! a stoppé l’exploitation de l’app qui permettait de spéculer virtuellement sur des comptes Twitter.

L’application mobile Stolen! a connu une vie éphémère. A peine une semaine d’exploitation sur l’App Store d’Apple (uniquement sur invitation) et puis c’est la disparition.

Le pitch de Stolen ! (littéralement : « volé! ») : Comment s’amuser à spéculer avec vos comptes Twitter favoris (amis, personnalités, marques, enseignes…). Mais gare au vol de votre collection.

Sans demander le consentement de la personne ou de l’organisation concernée sur le réseau social. Une exploitation mal perçue au final.

L’utilisateur de l’app pouvait monter une collection de cartes virtuelles de comptes Twitter qu’il était possible de négocier avec ses amis ou de subtiliser.

La valeur monte en fonction de la durée de possession de jeu de cartes virtuelles. Mais gare au petit malin qui vient chiper dans votre collection.

Si on était à court de crédit, on pouvait recharger son portefeuille virtuel pour poursuivre ses emplettes de cartes Twitter.

Dérives rapides

Ludique dans son concept, Stolen! a connu d’emblée des dérapages tournant au harcèlement des personnes dont le compte Twitter faisait l’objet d’une exploitation inappropriée dans le jeu.

Ces atteintes au respect de la vie personnelle dépassent l’équipe fondatrice, qui préfère arrêter les frais. L’app Stolen ! a été retirée hier (14 janvier) de l’App Store d’Apple.

Interrogé par The Verge, Siqi Chen, fondateur de l’app, n’a pas voulu insister dans cette voie.

« Nous avons passé des heures et des mois, fait couler de la sueur et des larmes pour concevoir quelque chose comme cela et constater que des gens voyaient l’app d’une autre manière. Ce n’est pas ce que nous sommes », justifie-t-il.

A en croire ses déclarations, le concept pourrait même finir aux oubliettes. Pourtant, Siqi Chen n’en est pas à son coup d’essai.

Auparavant, il avait fondé Serious Business, un éditeur de jeux sociaux qui a surfé sur Facebook comme Zynga. En 2007, il avait lancé Friends for Sale! Sur le réseau social.

Le concept ? Acheter vos amis sur Facebook avec une monnaie virtuelle associée au jeu.

Jamais deux sans trois ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur