Suicides – France Telecom : Didier Lombard bat sa coulpe

Cloud

Didier Lombard, le P-DG de France Telecom déplore son manque de diligence face aux signaux qui ont précédé la vague de suicides qui a touché 24 de ses salariés.

Alors que les tensions sociales sont toujours d’actualité au sein de France Telecom, qui a enregistré 24 suicides de salariés au cours de ses 20 derniers mois, Didier Lombard, son P-DG, veut calmer le jeu et a fait son mea culpa sur les ondes d’Europe 1.

Alors qu’il a prôné il y a quelques semaines “l’émergence d’un nouveau contrat social”, Didier Lombard admet aujourd’hui qu’il n’a “pas pris en compte suffisamment les signaux faibles qui arrivaient”. Et de constater : “On a sous-estimé un certain nombre de paramètres humains, en particulier dans notre organisation. A force de vouloir courir après la performance, le [management] local n’avait plus de degrés de liberté“.

Pourtant, depuis plusieurs mois, le P-DG de France Telecom avait chargé Louis-Pierre Wenes, ex-directeur général adjoint en charge des opérations France, aujourd’hui remplacé par Stéphane Richard, de désendetter le groupe en instaurant notamment de nouvelles pratiques commerciales, comme la mobilité systématique des cadres tous les trois ans, dénoncée par les syndicats et les salariés comme étant une des causes des suicides de certains collaborateurs enregistrés ces derniers mois.

Sous le feu des projecteurs des médias, du gouvernement, et surtout de ses salariés, Didier Lombard fait une belle promesse : “Il faut absolument que nous réussissions à faire une entreprise aux performances économiques tout à fait positives, en même temps qu’avec des performances humaines positives”.

Après avoir récemment suspendu le principe de mobilité systématique des cadres, le P-DG de France Telecom a annoncé qu’il comptait ouvrir rapidement des négociations permettant aux seniors “volontaires” de passer facilement au temps partiel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur