Sumicom S600 et AIO : deux PC atypiques

Mobilité

L’un est plus petit qu’une boîte à chaussures, ce qui ne l’empêche pas de renfermer un Pentium 4 et toutes les interfaces de connexion d’un PC complet. L’autre se fond dans un écran LCD 15 pouces et offre, lui aussi, des caractéristiques équivalentes à celles d’un ordinateur dernier cri. Issus de Taiwan, le Sumicom 600 et l’Aio donnent de nouvelles formes au PC.

ATTENTION!!! Des lecteurs nous ont signalé que le lien vers le site de KingYoung (http://www.kingyoung.com.tw/) amenait à un page qui déclenche une infection par le virus W32.Nimda.A@mm(html). Ce n’était pas le cas au moment de la mise en ligne de l’article. Le lien vers King Young a été, en conséquence, désactivé.

Après le Sumicom S300 (voir télégramme du 30 octobre 2002), le taiwanais King Young présente le Sumicom S600. Comme le modèle précédent, le S600 se veut un ordinateur extrêmement compact. Malgré ses dimensions de (petite) boîte à chaussures (14,8 x 25,4 x x 7,1 cm), la machine constitue une véritable unité centrale à base de Pentium 4 (socket 478) alors que le précédent modèle se destinait au Pentium III d’Intel et au C3 de VIA, d’où un boîtier un peu plus épais).

Conçu autour du chipset SIS 651 qui supporte la vidéo, le son et la gestion des entrées/sorties avec une mémoire DDR SD-Ram extensible à 2 Go, le S600 offre une puissance largement suffisante pour les applications les plus courantes. Les joueurs risquent cependant de ne pas se satisfaire du moteur graphique que le constructeur annonce compatible avec l’AGP 2.0. Pour le reste, on retrouve les caractéristiques habituelles des machines récentes : contrôleur réseau Ethernet, ports USB 2.0 et Firewire, contrôleur IDE ATA 133, disque dur au format 2,5 ou 3,5 pouces, lecteur CD-Rom, DVD ou combo, pour un poids de 2,5 kg. Point faible, l’alimentation est externe.

Un PC dans un écran

Si King Young commercialise ses boîtiers nus, Elitegroup Computer Systems (ECS), un autre fabricant taiwanais, travaille sur l’ergonomie de machines complètes. ECS, qui s’était déjà distingué avec un ordinateur portable sans batteries (voir édition du 28 août 2002), propose aujourd’hui l’Aio (All In One). C’est un PC dont l’unité centrale et les baffles (y compris un subwoofer) s’intègrent à l’arrière de l’écran LCD TFT 15 pouces doté d’une résolution de 1 024 x 768 pixels. Construit autour du chipset SIS 650 GL, l’Aio tourne à partir d’un Pentium 4 Northwood et offre un moteur graphique compatible AGP 4X. Outre les enceintes en façade, il gère le son Dolby 5.1 (cinq canaux) via la connectique placée à l’arrière de la machine. On y retrouve un port Ethernet 10/100 base T, les ports parallèle et série ainsi que des interfaces USB 2.0 et Firewire, et même un port VGA pour ajouter un deuxième écran. Un modem 56K est également intégré sans oublier le lecteur CD/DVD. Le clavier et la souris sont, quant à eux, sans fil.

Entre VIA et son concept d’Information PC aidé de Shuttle (voir édition du 18 décembre 2001), Sumicom ou ECS, il semble bien que Taiwan soit le moteur de nouveaux concepts pour PC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur