Sun déploie sa stratégie Internet autour de Sun ONE

Cloud

Petit à petit, Sun intègre ses solutions avec celles d’iPlanet en vue de constituer véritablement sa stratégie Internet. L’éditeur dévoile d’ailleurs certains détails de Sun One, son architecture pour la fourniture de services Web.

Qu’il s’agisse ou non d’une réponse à Microsoft et sa stratégie .Net, Sun est aujourd’hui bien obligé de développer sa propre stratégie Internet afin d’être, non plus un simple fabricant de serveurs, mais un véritable fournisseur d’infrastructures. Cette transformation est aujourd’hui opérée grâce à Sun One, une architecture pour la fourniture de services Web à partir de n’importe quel terminal et ce dans un environnement ouvert. Sun et iPlanet, la joint-venture formée avec AOL Time Warner, ont multiplié les annonces depuis début janvier et continuent à le faire aujourd’hui.

Parmi la série d’annonces que Sun vient de publier, l’une d’entre elles marque vraiment les premiers pas de Sun One. L’éditeur vient en effet de rendre disponible pour les développeurs un kit de démarrage. Pour Sun, ce kit – disponible gratuitement sur son site – est un véritable point de départ pour concevoir et développer des services. Il est composé de quatre CD-Rom et permet d’avoir accès à des outils de développement tel Forte For Java 3.0, ainsi que des applications d’iPlanet comme le serveur d’applications iPlanet Integration Server, le serveur Web iPlanet Web Server ou l’annuaire de profils iPlanet Directory Server. Le kit permet en outre d’accéder à Java, J2SE, ou encore J2EE. L’accès au kit permet ainsi non seulement de développer des services Web mais aussi de les déployer.

Solaris OE intègre iPlanet Application Server

Par ailleurs, Sun projette d’intégrer pleinement le serveur d’applications d’iPlanet avec le système d’exploitation Solaris. L’éditeur vient en outre d’annoncer une nouvelle mise à jour de son environnement d’exploitation. La version Operating Environment devrait permettre une meilleure intégration avec iPlanet Application Server. Selon Sun, Solaris OE facilitera le travail des développeurs pour le déploiement de services. Pour le moment, l’intégration n’est pas encore complète mais permet un accès facilité des développeurs à la licence de développement d’iPlanet Application Server. Les deux solutions seront pour le moment toujours vendues séparément. Toutefois, les sociétés n’auront pas à payer l’accès au kit de développement pour créer leurs propres services Web, mais elles s’acquitteront des droits de la licence au moment du déploiement de ces services.

Cette interaction entre les produits d’iPlanet d’un côté et ceux de Sun de l’autre n’est pas surprenante. iPlanet constitue un élément clé dans la stratégie de Sun et de ses services sur demande. Toute la couche applicative de Sun ONE est composée de solutions iPlanet avec, par exemple, Integration Server pour ce qui est de l’intégration de services XML ou MarketMaker pour la création d’e-marketplaces. Une interaction qui devrait se poursuivre à terme, notamment avec l’implémentation de SOAP dans Solaris 9 ou de UDDI dans le serveur d’annuaire d’iPlanet.

Interopérabilité des messageries instantanées

Enfin, Sun annonce pour le mois de novembre un module de messagerie instantanée qui sera intégré avec iPlanet Portal Server. La solution, Instant Collaboration Pack, permet ainsi de dialoguer en direct, de partager des fichiers et de recevoir des alertes. Le module est au prix de 30 dollars par utilisateur en fonction des volumes. Sun annonce par ailleurs vouloir procéder à des essais d’interopérabilité entre sa solution et celle d’AOL. Si Sun cherche à permettre aux utilisateurs des différentes messageries instantanées de correspondre les uns avec les autres, Microsoft a fait un tout autre choix. L’éditeur de Redmond – qui vient d’ailleurs de lancer Windows XP, lequel comprend un outil de messagerie instantanée – ne semble pas avoir pris la décision de rendre son application interopérable avec une autre solution. De son côté, AOL a déjà mené des recherches avec Lotus, filiale d’édition logicielle d’IBM, pour rendre leurs applications communicantes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur