Sun forme la Liberty Alliance pour contrer Passport

Cloud

Entre Sun et Microsoft, la hache de guerre est déterrée depuis longtemps. Cette semaine, Sun annonce la formation de la Liberty Alliance, réunion d’une trentaine de partenaires en vue de développer une solution d’identification en ligne. Histoire de venir concurrencer directement le service Passport de Microsoft, dont l’éditeur a annoncé l’ouverture à la concurrence la semaine dernière.

Après la polémique autour du support de Java par Windows (voir édition du 17 août 2001), dernier épisode en date de la “guéguerre” entre Sun et Microsoft, voici que Sun annonce une initiative qui vient directement concurrencer la firme de Bill Gates sur le terrain de l’identification unique en ligne. Le principe en est simple : plutôt que de devoir saisir son identifiant et son mot de passe sur chaque site ou chaque service en ligne qui le demande, il suffira d’une seule fois. A condition tout de même qu’il s’agisse de partenaires. Microsoft possède déjà son Passport qui permet aujourd’hui d’accéder à sa boîte Hotmail et d’utiliser MSN Messenger. Demain, avec .Net, l’éditeur de Windows va déployer une série de services en ligne personnalisés qui nécessiteront l’emploi de sa solution d’authentification. Le souci pour les consommateurs réside dans la protection des données ainsi confiées à Microsoft. Et les associations de défense de la vie privée ont rapidement reproché au Passport de Microsoft le fait qu’il réunisse en un seul et même endroit toutes les informations sur un utilisateur. Après avoir tergiversé, Microsoft a décidé de rendre sa solution compatible avec celles qui utiliseront aussi le standard Kerberos 5.0 qu’il implémentera l’année prochaine (voir édition du 20 septembre 2001). Ainsi, il sera possible d’accéder à des services auparavant réservés aux utilisateurs de son Passport tout en ne confiant pas ses données à Microsoft, mais à l’un de ses partenaires. Reste à savoir lesquels.

En face, Sun dresse la Liberty Alliance, dont il vient d’annoncer la création. Au contraire de celle de Microsoft, la solution n’existe pas encore mais les partenaires sont déjà là. Au total, une trentaine de sociétés accolent leur nom à celui de Sun. On trouve parmi elles des acteurs des télécoms comme Nokia, Sprint, Vodafone, NTT DoCoMo ; des fabricants de cartes à puces avec notamment Gemplus et Schlumberger ; et d’autres grands acteurs comme Cisco, la Bank of America, Ebay, RealNetworks, Verisign ou encore RSA Security. “L’alliance va développer et déployer une solution ouverte pour l’identification sur les réseaux”, clame Sun dans son annonce. On n’en saura guère plus, sinon qu’elle cherche à établir une solution permettant “l’identification unique partout, avec authentification décentralisée et une authentification ouverte à partir de n’importe quel terminal connecté à Internet, des traditionnels ordinateurs de bureau et téléphones portables aux télévisions, automobiles, cartes de crédit et terminaux point de vente”. Il n’y aurait pas de base de données centrale, ainsi d’après l’alliance, les informations médicales, par exemple, ne seraient conservées que par les intéressés.

Annonces autour de l’interopérabilité “Nous avons proposé à AOL et Microsoft de conserver la propriété intellectuelle [de la contribution qu’ils pourraient apporter au projet]. Il leur appartient de choisir l’interopérabilité”, n’a pas manqué de souligner Scott McNealy, le directeur de Sun cité par Reuters. Car outre Microsoft, AOL planche sur un projet similaire baptisé “Magic carpet” (voir édition du 30 juillet 2001). De son côté, Adam Sohn, chef produit pour le groupe de la stratégie .Net de Microsoft, a indiqué à l’agence de presse qu’il serait prêt à demander à Sun de rejoindre Passport, tout en précisant ne pas l’avoir fait. “C’est une pratique classique chez Sun de faire ce genre d’annonce sans fournir trop de détails”, a-t-il critiqué, ajoutant : “Je pense qu’il s’agit d’une tentative pour, en quelque sorte, ralentir les autres.” D’après ZDNet.com, Microsoft serait allé jusqu’à fournir aux journalistes une liste de questions à poser à Sun au sujet du projet. Il faudra encore attendre certainement plusieurs mois pour en savoir plus.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur