Sun Microsystems libère définitivement Java

Cloud

D’ici la fin de l’année, le code de Java devrait être intégralement disponible en licence open source.

C’est fait. Ou presque. D’ici la fin de l’année, le code Java de Sun Microsystems sera intégralement libéré et proposé sous la licence GPL 2. Ce n’est pas vraiment une surprise mais une évolution importante pour les développeurs qui pourront adapter le code à leurs besoins et, surtout, développer des applications en Java quel que soit l’environnement.

Le projet aura nécessité plus de deux ans de travail. En mai 2006, à l’occasion du JavaOne, Sun annonce son intention de libérer le code de Java. Soit la disponibilité de 6,5 millions de lignes de code. Projet mis en pratique un an plus tard avec le lancement de l’OpenJDK. Mais environ 5 % du code reste sous licence propriétaire. Il s’agit de parties développées par des entreprises tierces qui refusent de libérer leurs travaux.

Sun entame des négociations avec certaines d’entre elles et re-écrit les parties du code qui reste fermé. De son côté, Red Hat rejoint la communauté OpenJDK et lance l’initiative IcedTea en juin 2007. Celle-ci vise à ré-écrire tout le code manquant en s’appuyant sur les bibliothèques GNU ClassPath et le compilateur libre GCJ.

1 % de code propriétaire

Mission quasi-accomplie. La semaine dernière, Fedora 9, qui implémente OpenJDK6, a passé avec succès le TCK. Le Java Test Compatibility Kit consiste à vérifier le fonctionnement d’OpenJDK comme une implémentation complète de Java SE 6 à partir de 80 000 points de test. L’OpenJDK avait également été intégré à Ubuntu 8.04 (Hardy Heron).

Mais il reste encore 1 % de code propriétaire, notamment lié à la gestion du son, que Sun continue de libérer en le re-écrivant. La mise à jour du code devrait être effectuée avant la fin de l’année. La nouvelle version de l’environnement de développement devrait également profiter, à terme, aux plates-formes Windows et Mac OS X.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur