Sun Microsystems rachète un spécialiste de l’Opteron

Cloud

Résolu à tirer profit de l’engouement des entreprises pour les serveurs x86, Sun Microsystems rachète une start-up spécialiste de l’Opteron d’AMD et présente une gamme de serveurs renouvelée.

Nouveau signe de l’engagement de Sun Microsystems vis-à-vis des architectures x86 : le constructeur a annoncé l’acquisition, pour un montant non dévoilé, de Kealia, une start-up qui conçoit des serveurs équipés du processeur 64 bits Opteron d’AMD, lequel est, rappelons-le, le fer de lance de sa stratégie de conquête du marché des serveurs x86 (voir édition du 17 novembre 2003). Il existe une affinité naturelle entre Kealia et Sun puisque l’un des dirigeants de la start-up n’est autre qu’Andy Bechtolsheim, cofondateur de Sun Microsystems parti en 1995 pour créer une autre start-up, Granite Systems, rachetée en 1996 par Cisco. Avec Kealia, Sun Microsystems renforce ses équipes de 59 ingénieurs, tous spécialistes de l’Opteron, qui contribueront par conséquent à accélérer la mise sur le marché de nouveaux serveurs équipés de ce processeur. Mais déjà, le mouvement est engagé. En effet, la veille de l’annonce du rachat de Kealia, Sun Microsystems a tenu, conformément à une pratique récente, sa conférence de presse trimestrielle de présentation des nouveaux produits lors de laquelle il a dévoilé plus de 25 nouveaux serveurs, dont un modèle Opteron, proposé en version mono et biprocesseur : le V20z. Sun le destine aux fermes de calcul et aux applications d’entreprise. Il sera commercialisé à partir du mois d’avril au prix de 2 795 dollars pour une configuration de base monoprocesseur.

Ultrasparc n’est pas en reste

Dans le cadre du lancement du V20z, Sun propose une offre promotionnelle : pour la souscription pendant trois ans d’une licence pour cinq utilisateurs de la version x86 de Solaris, l’Unix de Sun, et de ses logiciels de développement Java ? licence dont le coût annuel est de 1 499 dollars – le V20z sera livré gratuitement. Bien que l’accent soit mis sur l’Opteron, Ultrasparc, le processeur 64 bits maison de Sun, n’est pas en reste. Le constructeur a en effet présenté des modèles équipés de la nouvelle version d’Ultrasparc, dont l’un des principaux apports est de doubler la puissance de calcul de la version précédente, UltraSparc III. Par rapport aux serveurs Opteron, Sun préconise les serveurs Ultrasparc pour l’exécution des bases de données de type Oracle ou des applications de gestion comme les PGI. Pour ce type de matériel, les premiers prix commencent à 100 000 dollars. Sun, qui est également présent sur le segment des serveurs lames, a présenté un nouveau modèle, le Fire B200x, équipé du processeur 32 bits Xeon d’Intel, disponible immédiatement à partir de 3 470 dollars. Sa gamme de serveurs ainsi repensée, gageons que Sun retrouvera, dans l’actuel contexte de reprise des investissements informatiques des entreprises et après bien des atermoiements stratégiques, le chemin de la croissance et des bénéfices (voir édition du 16 janvier 2004).

Article modifié le 12/02/04.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur