Sun ne veut pas du modèle Open Source pour Java

Cloud

Interpellé par IBM qui souhaite l’ouverture du code source de Java, Sun rétorque que, si tel était le cas, la compatibilité du langage de programmation en serait menacée.

Par le truchement d’une lettre ouverte, IBM exhortait récemment Sun Microsystems à appliquer au langage Java le modèle de développement du logiciel libre (voir édition du 26 février 2004). Selon IBM, le contrôle exercé par Sun sur les évolutions de Java compromettrait sa diffusion. Lors d’une conférence de presse, Jonathan Schwarz, responsable des logiciels chez Sun Microsystems, a répondu à ces critiques. Selon le compte-rendu qu’en donne Infoworld, le dirigeant justifie la mise sous tutelle de son langage de programmation par le fait que, pour Sun, l’essentiel est de préserver la compatibilité de Java, ce qui ne serait pas possible si le modèle de développement Open source lui était appliqué. Et de prendre l’exemple de Linux qui a abouti à l’élaboration de plusieurs distributions, même si, aux Etats-Unis par exemple, une seule s’est imposée, celle de Red Hat. Il a ensuite réaffirmé l’engagement de Sun Microsystems vis-à-vis de l’Open source – comme le prouve la distribution sous licence dite GPL (General Public License) de plusieurs de ses logiciels comme OpenOffice – rappelant au passage qu’IBM n’avait jamais fait une telle démarche. Dans un tout autre ordre d’idée, Jonathan Schwartz a abordé la question de la politique tarifaire à appliquer à son offre logicielle. Il est notamment envisagé d’introduire pour les gouvernements des pays émergents un mode de tarification basé sur le nombre d’habitants, autorisant en outre une utilisation illimitée du produit.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur