Sun veut muscler iForce, son plan ‘DotCom’

Mobilité

Déclaration d’intention ou réelle volonté ? Sun Microsystems annonce le renforcement imminent de son programme iForce dédié aux entreprises qui veulent passer “DotCom”.

Sun Microsystems a annoncé son intention de renforcer iForce, son programme lancé en mars dernier pour capter les entreprises qui veulent passer à Internet ? c’est-à-dire les aider à définir, prototyper, évaluer comme déployer leur stratégie. Ce programme vise également à séduire les start-up avec des offres portant sur du matériel, des logiciels, des services de conseil et l’accès à des prestataires leur permettant d’externaliser les systèmes informatiques complexes.

L’initiative iForce a débuté avec la commercialisation des logiciels à prix “discount” du numéro un mondial de la base de données Oracle et des outils d’e-commerce d’iPlanet, la filiale de Sun et de Netscape. A Paris, iForce se concrétisait en avril dernier avec l’implantation d’un centre d’expertise équipé de serveurs de tous types, d’applications Internet et d’e-commerce, de l’ERP (Enterprise resource management), du CRM (Customer relashionship management), du SCM (Supply chain management, soit de la gestion de la chaîne logistique). Et une équipe de 20 ingénieurs spécialisés dans les architectures techniques liées aux applicatifs et aux infrastructures de type fourniture de services.

Certes, il n’y a rien de bien surprenant à ce que Sun, né en 1982 du concept “The Network Is The Computer” (“le réseau, c’est l’ordinateur”), se positionne comme le fournisseur permettant de devenir “dot-com”. Mais on ne peut s’empêcher de se demander si l’initiative iForce fait le poids face aux nouvelles stratégies Internet (ou aux déclarations d’intentions) des rivaux Microsoft avec .Net et IBM avec Websphere ? Quoiqu’il en soit, le premier fabricant mondial de serveurs sous Unix semble n’avoir qu’un but : imposer sa plate-forme Java sur le marché? Et, les détracteurs de “l’ordinateur sans disque dur” diront que c’est en tout cas plus prudent que de parier, comme Larry Ellison, le patron d’Oracle, sur l’ordinateur-réseau, même avec l’émergence de l’ASP (application service providing), la location d’applications en ligne(voir édition du 10 juillet 2000)

Pour en savoir plus :

iForce


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur