SunnComm renonce à poursuivre un chercheur en justice

Mobilité

Menacé de se retrouver devant les tribunaux pour avoir révélé les failles de protection anticopie de SunnComm, John Alex Halderman échappera finalement à la justice. SunnComm aurait-elle eu peur du ridicule? 

SunnComm ne poursuivra pas John Alex Halderman. Dans le cadre de travaux scientifiques, ce jeune chercheur avait démontré la faiblesse du système de protection des CD audio MediaMax développé par SunnComm. Il suffisait en effet d’appuyer sur la touche Majuscule au moment de l’introduction du CD dans le lecteur pour contourner la protection (voir édition du 10 octobre 2003). La société avait alors annoncé réfléchir à poursuivre en justice le chercheur en se basant sur le DMCA, la loi américaine de protection des copyrights numériques.

SunnComm justifie son renoncement en estimant que John Halderman n’a pas compris le but visé par le système MediaMax CD-3. Si l’entreprise reconnaît l’astuce révélée par le chercheur, elle se perd en explications plus ou moins valides. Elle estime notamment que ce système de protection prévient le piratage à l’échelle industrielle et le “rippage” des fichiers audio en vue de leur mise en ligne sur les réseaux d’échange de fichiers, tout en permettant à l’utilisateur de réaliser des copies personnelles. Déjà décrédibilisée par une technologie de protection douteuse, SunnComm évite ainsi de se ridiculiser au tribunal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur