Supélec ouvre un cluster interactif à Metz

Cloud

Constitué de 256 noeuds de calcul, le cluster a été mis en oeuvre par Carri Systems avec un souci d’économie d’énergie.

Autour du 15 mai, l’école supérieure d’électricité (Supélec) campus de Metz ouvrira un cluster interactif en direction de la communauté scientifique à base de solution HighServer TwinX de la PME française Carri Systems. Dans un premier temps, les 256 noeuds de la solution seront dédiés en priorité à 5 équipes scientifiques (études des plasmas chauds, cryptage quantique, nano structures, modèles neuronaux…). A terme, en période de veille, le cluster pourrait s’ouvrir à d’autres groupes d’utilisateurs pour les besoins en calculs intensifs.

Moteur central du projet InterCell (lui-même intégré au Contrat de Projet Etat-Région (CPER 2007-2013) MIS (Modélisation, Interaction, Simulation) de la région Lorraine), le cluster vise à fournir des outils de visualisation et de gestion interactive des calculs scientifiques. “Par exemple, en cas de crash d’un réseau quelconque, une représentation graphique nous informe en temps réel du problème sur lequel nous pouvons agir immédiatement au niveau des noeuds d’entrée“, illustre Patrick Mercier, responsable des ressources informatiques de Supélec de Metz. Une interactivité salutaire en termes d’optimisation du temps d’exploitation et de réaction.

Répondre à trois problématiques

Le cluster est constitué de 256 noeuds répartis à travers 128 machines bi-carte mère Intel dotées chacune de Xeon 3075 bi-coeur et de 4 Go de mémoire vive. Chaque machine dispose de deux disques durs 2,5 pouces de 80 Go. Cinq frontaux (Xeon 3075) et réseau Gigabit Ethernet complètent la solution. L’ensemble a été mis en oeuvre par Carri Systems qui a remporté le marché devant Dell et HP.

Le cluster devait répondre à trois problématiques“, explique Patrick Mercier “la consommation énergétique, l’économie d’énergie et l’économie d’espace.” D’où le choix d’une solution à double-carte mère qui permet de limiter à une seule alimentation l’apport électrique pour 2 PC. De plus, le système de refroidissement (une climatisation installée sur le toit du Campus) intègre un circuit d’eau chaude (45°) qui permet de recycler 25 % de l’énergie consommée en chauffage d’appoint pour le bâtiment.

Autant d’éléments auxquels Dell et HP n’auraient pas été en mesure de répondre. “Ce sont des constructeurs de matériel généraliste et ils sont très bons sur leurs marchés“, justifie Patric Mercier, “mais sur les systèmes de calcul intensif parallèle à recouvrement de communications, ils étaient nettement moins performants. Carri Systems nous a apporté une solution sur mesure en proposant l’offre relativement nouvelle de bi-carte mère d’Intel.

Linux, seul système assez souple

Le cluster met en oeuvre le middleware ParXXL développé spécifiquement depuis janvier 2008 par Stéphane Vialle et Jens Gustedt. L’ensemble est opéré sous Linux, “le seul système actuel qui offre cette souplesse, cette ouverture, cette facilité de déploiement, cette liberté vis a vis des droits d’exploitation et la plus large communauté de développement dans ces domaines. Et ce, à moindre coût pour le domaine académique“, souligne le responsable.

Initié en février 2007 et financé en juillet, le montant du projet s’élève à 450 000 euros apportés par l’Inria (Institut national de recherche en informatique et automatique). Supélec se chargeant de la mise en oeuvre, l’hébergement et la maintenance. Le budget de fonctionnement, hors charge salariale, est évalué à 35 000 euros par an.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur