Sur Facebook, la publicité devient vraiment sociale

MarketingPublicité
logo Facebook F

Facebook inaugure des publicités d’un nouveau genre, qui ont tout pour plaire aux annonceurs. Plus sociales, elles prennent en compte la dimension de l’Open Graph pour rapprocher les marques des internautes.

Facebook en a gardé sous le coude malgré le flot de révélations consenties lors de la conférence f8. Marques et annonceurs se délecteront d’un nouveau format publicitaire plus social et d’un outil statistique amélioré pour prendre en compte la dimension de l’Open Graph.

Pour un meilleur ciblage des membres, la proéminence encore inédite des encarts de réclames n’a guère pour écho qu’une socialisation généralisée.

En d’autres termes, les équipes de Mark Zuckerberg y adjoignent une dimension contextuelle qui prendra en compte l’influence de chacune des publications d’une marque sur sa Fan Page.

Qualifié de “Premium”, ce service mêle actualités sponsorisées et modules interactifs pour intégrer les derniers commentaires et les éventuelles recommandations des abonnés.

En effet, ces derniers, s’ils ne peuvent toujours pas signifier leur mécontentement par le biais d’un bouton “Je n’aime pas” que les développeurs refusent d’implémenter, ont désormais le loisir d’émettre leur avis sur une publicité.

A la clé, un spectre d’audience considérablement plus large. Des études du cabinet ComScore ont ainsi démontré qu’un contenu recommandé pour un utilisateur par plusieurs de ses connaissances bénéficierait d’un taux de consultation supérieur à ses équivalents traditionnels.

Un courriel adressé par Facebook à Search Engine Land fait par ailleurs mention d’un outil statistique amélioré.

Le tableau de bord Insights conserve ses airs de Google Analytics, mais s’agrémente de fonctionnalités censées rapprocher les marques de leur public.

Aussi, avec People Talking About This, le fameux adage qui suggère que “les amis de mes amis sont mes amis” trouve une illustration des plus pertinentes.

Qu’il s’agisse de conversations, de mentions, de clics sur le bouton “Like”, ce module signalera à tout annonceur le buzz que suscitera chacune de ses interventions sur le réseau social.

De quoi optimiser, à en croire Facebook, le taux de fréquentation, tout en multipliant les publications à succès.

Reste à donner vie au concept, non sans un risque d’infraction à la confidentialité des données des internautes. Mais dorénavant, cette notion tire irrésistiblement vers l’abstraction.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur