SXSW Interactive (volet 3) : Les wikis se mettent aussi au business

Mobilité

Vnunet.fr a couvert la session interactive du Festival South by Southwest qui
s’est déroulée du 7 au 11 mars à Austin (Texas).

Vnunet.fr propose une série d’article sur la partie interactive du Festival South by Southwest, qui s’est déroulée du 7 au 11 mars 2007 à Austin au Texas. Troisième volet : les wikis.

De la publicité sur Wikipedia ? Quelle horreur. Pour les internautes, le wiki est symbole du web collaboratif et libre, il ne rime pas avec profit. Et pourtant, l’idée du wiki commercial (commercial wiki en anglais) progresse.

Rappelons au préalable que le wiki est un système de gestion de contenu qui rend les pages Web librement et également modifiables par tous les visiteurs autorisés. Cet outil de publication est utilisé pour faciliter l’écriture collaborative de documents avec un minimum de contraintes. Le fait de travailler en mode collaboratif en ligne n’a rien de nouveau, mais la spécificité du wiki tient à son usage extrêmement simple.

Jusqu’ici, les services en ligne créés sous forme de wiki se maintenaient plutôt grâce à des systèmes de donations. Wikipedia, le 10ème site Internet le plus consulté dans le monde, en est une illustration parfaite. Ward Cunnigham, que l’on présente comme le créateur du concept wiki, assure que d’ici la fin de cette décennie, cinq nouvelles plate-formes wiki seront aussi (voire plus) importantes que la désormais célèbre encyclopédie alternative en ligne.

C’est par cette prédiction qu’Evan Prodromou a débuté sa présentation sur la commercialisation des wikis, lors du cycle de conférence SXSW sur les nouvelles technologies dans la ville américaine d’Austin. Ce fervent partisan des systèmes de collaboration ouverts a mis en oeuvre ce concept à travers Wikitravel. Ce service en ligne est présenté comme un guide de voyage mondial, libre, complet et mis à jour, suivant le principe collaboratif qui régit Wikipedia.

“Je me suis aperçu que, dans le domaine du voyage, il est crucial d’avoir une information à la page”, explique ce spécialiste IT et voyageur passionné originaire de Montréal. “Or, selon le système de publication traditionnel (guides de voyages imprimés), il y a un délai d’un à deux ans entre le moment de recueil d’information et sa publication. Énormément de choses peuvent arriver pendant une telle période : des restaurants ouvrent, des musées ferment, des hôtels changent leurs prix, etc.”.

C’est alors que l’idée du wiki a émergé naturellement. “Grâce au wiki, il est possible de mettre en ligne l’information extrêmement rapidement”, explique Evan Prodromou. Des “Wikivoyageurs” alimentent donc le site au gré de leurs voyages. L’immédiateté n’est pas l’unique avantage du contenu en ligne. “Les gens deviennent très créatifs et se servent de leur I-Pod, ou de leurs téléphones portables pour télécharger les informations qui les intéressent”. Fini le guide encombrant !

Le wiki permet de prouver son expertise dans un domaine aisément

Mais le business model de Wikitravel diffère des plates-formes de wikis que l’on connaît. Evan Prodromou justifie le recours à la publicité par la nécessité de payer les serveurs, deux salariés à plein temps ainsi que les développeurs et designers du site. La publicité sera non intrusive, ciblée et clairement identifiée, promet-il. Même si il est conscient que l’aspect commercial du site va en faire fuir certains.

Les wikivoyageurs, qui contribuent au contenu, ne sont, par contre, pas rémunérés. “Nous ne les paierons pas, pour la simple et bonne raison qu’il est impossible de le faire d’une façon équitable. L’énorme majorité des contributeurs n’ajoute qu’une phrase ou deux”, constate le représentant de Wikitravel. “Par ailleurs, je pense que ce serait insultant. Car si quelqu’un passe quatre heures sur le site à l’alimenter (ce qui arrive !) et, qu’en fin du mois, il ne reçoit qu’un petit chèque de 11 dollars, cela ne va pas l’encourager à faire plus d’efforts le mois suivant.”

Evan Prodromou prône la mise en place d’un contrat éthique et de confiance entre les créateurs du site et les wikivoyageurs, le tout dans un esprit communautaire réunissant des passionnés du voyage.

Wikitravel n’est pas le seul à s’initier au wiki business. Prenons le cas de Gil Penchina, ex-vice président et directeur général pour l’international chez eBay, qui préside Wikia, une start up qui héberge des sites d’information basés sur le principe du wiki et qui dispose d’un effectif de 40 employés.

Ici, l’aspect commercial est clairement affiché : quatre ou cinq publicités Google Adsense sont dispersées sur chaque page estampillées Wikia. “Les gens contribuent au contenu parce que c’est amusant, parce qu’ils veulent partager, parce qu’il y a un aspect communautaire, et aussi parce qu’ils aiment montrer qu’ils ont de l’expertise sur un sujet”, expliquait Gil Penchina dans les colonnes de l’édition de mars du magazine Business 2.0.

Retrouvez les deux précédents volets de SXSW Interactive :

– SXSW Interactive (volet 2) : quelle est l’influence de la blogosphère ?

– SXSW Interactive (volet 1) : Google Maps bouleverse la cartographie en ligne


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur