Symantec : l’Allemagne source de malwares, la France relais de phishing

Cloud

L’éditeur propose un focus sur la zone EMEA dans son rapport Internet Security Threat Report. Entretien avec son auteur.

Mi-avril, Symantec a dévoilé la 14ème édition de son rapport Internet Security Threat Report relatives relatives aux tendances des grandes menaces qui pèsent sur la sécurité informatique.

“C’est une économie souterraine conduite par le crime et l’appât du gain”, déclare Dean Turner, auteur de cette étude annuelle qui occupe les fonctions de Director Global Intelligence Network Symantec Security Technology and Response. Vnunet.fr l’a rencontré le 4 mai lors de son passage à Paris.

“Le but principal est de voler des informations confidentielles”, précise le chercheur de Symantec. C’est le cas pour 90% de ces menaces. L’objectif final étant d’usurper l’identité numérique des internautes voire à travers des systèmes enregistrements des frappes au clavier  (keyloggers) ou de hameçonnage (phishing).

Le haut débit, un effet “aimant” pour les malwares

En termes de taux d’activités liés aux maliciels (malwares), l’Allemagne reste en haut du podium (14%, en baisse de quatre points par rapport à l’édition précédente), devant le Royaume-Uni (11%) et l’Espagne (9%).

La raison est simple : “C’est le plus gros marché Internet haut débit en Europe. Les réseaux broadband favorisent ce type d’activité”, considère Dean Turner. “Et le déploiement généralisé de réseaux en fibre optique en Europe va aggraver la situation”, précise Laurent Heslault, Chief Technology Officer Europe chez Symantec.

Certes, l’Allemagne se démarque pour les réseaux de PC zombies favorisant le spam et l’hébergement de sites de phishing. Mais chaque pays a ses spécificités : la Pologne est réputée pour sa concentration en sites de phishing, la Russie est une refuge pour les spammeurs tandis que l’Espagne serait particulièrement atteinte par les infections botnet (réseau de machines zombies permettant de mener des offensives plus large de spam par exemple).

(lire la fin de l’article page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur