Symantec revendique le droit de détruire les adwares

Cloud

La justice américaine devra déterminer si les éditeurs de logiciels de sécurité ont le droit de supprimer les adwares présents sur les ordinateurs de leurs clients.

L’éditeur de logiciels de sécurité Symantec a engagé une action en justice aux Etats-Unis à l’encontre d’un développeur d’adwares, afin d’affirmer son droit de détruire de tels programmes. La société incriminée, Hotbar.com, a entamé au cours des dernières années cinq procès contre Symantec auquel elle reproche de supprimer les logiciels publicitaires qu’elle édite.

“En demandant à la cour de clarifier cette question en notre faveur, nous voulons continuer à alerter nos utilisateurs de la présence de ces programmes sur leurs ordinateurs et les protéger contre les risques auxquels ils sont potentiellement exposés”, a déclaré Joy Cartun, directeur des affaires juridiques de Symantec. “Nous essayons de faire en sorte que nos clients aient plus de contrôle sur les programmes qui tournent sur leurs ordinateurs.” Hotbar.com, une société créée par deux amis israéliens, revendique 10 millions d’utilisateurs de ses logiciels. Elle a engagé des procès contre différents éditeurs de logiciels de sécurité qui considèrent ses produits comme des adwares.

Le respect de la propriété privée face au mercantilisme

“Hotbar affirme qu’elle dispose d’un droit inaliénable de faire ce genre de choses, ce qui est assez pervers”, juge Graham Titterington, analyste pour la firme Ovum. “Le juge devrait aller plus loin et exiger des éditeurs d’adwares qu’ils payent pour les ressources qu’ils utilisent sans la permission des propriétaires d’ordinateurs, mais il est très improbable que cela arrive. Nous espérons que le respect de la propriété privée, qui constitue une tradition aux Etats-Unis, triomphera du mercantilisme des temps modernes.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur