Symbian cherche à s’imposer face à Microsoft

Cloud

Après avoir accueilli un nouvel actionnaire, Siemens, Symbian annonce des accords avec Intel et ouvre son code source à 95 % aux développeurs.

L’équipementier télécoms Siemens, qui jusqu’ici s’appuyait sur l’OS Windows CE de Microsoft, annonce l’intégration de l’OS développé par Symbian, la coentreprise regroupant les principaux industriels du téléphone dont Nokia et Motorola, dans certaines gammes de leurs produits. Siemens annonce en effet une prise de participation dans le capital de Symbian à hauteur de 5 %. Les cinq actionnaires se sont en fait retirer chacun de 1 % du capital de la société afin d’accueillir Siemens. L’allemand injectera ainsi 22,8 millions d’euros dans Symbian.

Siemens annonce ainsi développer en ce moment son premier SmartPhone doté d’un système d’exploitation Symbian. La date de sortie est encore inconnue. L’équipementier n’annonce toutefois pas l’abandon de Windows CE et se garde toute liberté pour choisir l’OS le plus approprié en fonction du produit.

L’attrait du code en source libre ?

Symbian, de son côté, vient d’annoncer qu’il ouvrait la majeure partie du code source de son OS à la communauté des développeurs dans le cadre de son programme Symbian Platinum Program. Symbian donne accès à 95 % du code source aux développeurs. Au travers de cette décision, Symbian tente bel et bien de séduire les éditeurs de logiciels et les fabricants afin de créer de nouvelles solutions autour de l’OS. Et cela semble marcher puisque Symbian annonce d’ores et déjà que STMicroelectronics et Texas Instruments se sont mis sur les rangs.

Par ailleurs, Symbian annonce que la prochaine version de son OS, la 7.0, sera optimisée pour répondre aux besoins des processeurs à technologie X-scale d’Intel. L’annonce n’est pas anodine, les deux sociétés devraient commercialiser ensemble une solution rendant possible le développement de nouvelles applications à partir d’Xscale. Pour l’heure, ce processeur n’est utilisé que dans des machines de type Pocket PC (voir édition du 22 avril 2001).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur