Synology DS713+ : centralisation et virtualisation

EntrepriseMobilité
Synology DS713+ NAS 2 baies

Dans sa démarche de familiarisation des petites entreprises au monde des serveurs de stockage, Synology dévoile le modèle DS713+, destiné à centraliser, au-delà des données, les applications métiers.

Synology veut initier les PME aux bénéfices des serveurs de stockage (NAS). La méthode pédagogique passe par le modèle DS713+, un dispositif à deux baies destiné à centraliser, au-delà des données, les applications métiers.

A cet effet, le matériel s’entoure d’un solide écosystème applicatif permettant une utilisation à l’échelle d’un réseau local, mais aussi de sites distants (WAN), tout en prenant en compte les terminaux mobiles et l’émergence du cloud computing.

Le DS713+ dispose également de capacités de virtualisation, avec les principaux hyperviseurs du marché.

Dispositif de centralisation des données et des applications, il s’ouvre plus encore à son environnement avec le système d’exploitation DiskStation Manager 4.1.

Signé Synology, ce pilier logiciel doit constituer un différenciateur auprès des petites entreprises qui ne disposent pas nécessairement des compétences informatiques et du budget pour mettre en place des solutions sur mesure.

Les promesses s’expriment également en termes d’évolutivité.

Au-delà de cette capacité maximale de 8 To que proposent les 2 baies internes à 6 Gbit/s, l’adjonction d’une boîtier DX510 offre 5 emplacements supplémentaires, portant le stockage à 28 To, avec l’inconvénient d’un contrôleur eSATA limité à 3 Gbit/s.

Pour le reste, tout ou presque est repris du modèle DS712+. Notamment la silhouette et l’agrément d’ensemble d’un châssis noir semi-durci pesé à 1,7 kg à vide.

Les tiroirs abritant les médias de stockage (des disques 2,5 / 3,5 pouces ou des SSD) glissent et se réinsèrent toujours d’une simple pression. Ils se verrouillent au moyen d’une clé de plastique. Un mécanisme fragile, activable au moyen d’un simple stylo.

En façade, on trouve toujours un port USB assorti d’un interrupteur marqué de la lettre C, destiné à la copie directe vers et depuis un périphérique externe.

Faute d’une réelle évolution technique, les performances sont proches de celles dont a accouché le test du DS712+ : un pic à environ 200 Mo/s en lecture et 135 Mo/s en écriture, dans le cadre d’une configuration RAID sous Windows.

La fiche technique laisse toutefois transparaître une mise à niveau du processeur Atom, toujours en bicoeur, mais avec une fréquence d’horloge rehaussée à 2,13 GHz.

Ce gain en puissance relève légèrement la consommation électrique du DS713+, qui dépasse les 30 W en accès, quand le DS712+ se cantonnait à 27,5 W. Le niveau sonore avoisine toujours les 20 dBA.

Autre amélioration, deux des trois ports USB supportent désormais la norme 3.0 et ses 5 Gbit/s théoriques.

Pas de changement, en revanche, pour la mémoire vive, livrée à 1 Go et extensible à jusqu’à 4 Go (le maximum adressable) via une barrette DDR3-1066 de type PC portable.

La redondance s’applique toujours aux deux interfaces Ethernet Gigabit, dont l’association permet également le “load balancing”, en d’autres termes l’optimisation de la bande passante.

Le tour du propriétaire se conclut avec DiskStation Manager 4.1, dont le parc applicatif peut reconvertir le DS713+ en un serveur de messagerie, d’impression, d’hébergement de sites Web, de diffusion multimédia, etc.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur